Accéder au contenu principal
La revue de presse des Amériques

A la Une: un homme, Barack Obama, et un mot «immigration»

Le président Obama a annoncé sa réforme de l'immigration le 20 novembre 2014.
Le président Obama a annoncé sa réforme de l'immigration le 20 novembre 2014. Reuters/路透社

Publicité

 

Au lendemain de l'annonce du président américain de sa volonté de légiférer par décret pour tenter d'améliorer le système américain de l'immigration, la presse regorge en effet de commentaires. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les avis sont mitigés. Et même parmi les partisans d'Obama, l'enthousiasme n'y est pas. Pourtant, écrit USA Today, « on attend cette législation depuis six ans ! »

Mais selon le Tampa Bay Times, « les mesures finalement annoncées par le président restent modestes ». « Il est vrai, renchérit le Fresno Bee, qu'une simple réduction des déportations n'est franchement pas une annonce révolutionnaire ». A partir du printemps prochain, tous les clandestins qui vivent depuis plus de cinq ans aux Etats-Unis et qui ont un ou plusieurs enfants américains ou titulaires d'un statut de résident permanent pourront demander un permis de travail de trois ans.

« Quelque 4,3 millions d'immigrants clandestins sont très heureux depuis hier soir, mais environ 6 millions d'autres sont déçus », constate le Los Angeles Times. Et même « les 4,3 millions d'immigrants qui pourraient se voir octroyer un permis de travail de trois ans n'ont aucune garantie de citoyenneté ou de droit à rester aux Etats-Unis de manière permanente ».

« La mauvaise manière d'Obama de faire la bonne chose », résume USA Today qui poursuit : « En défiant les républicains, le président ne fait qu'exacerber leur rage partisane. Une rage dont les conséquences pourraient écraser les modestes bénéfices obtenus par le décret présidentiel ». Même son de cloche dans le Washington Post : « Le décret qu'Obama s'apprête à signer est l'aveu de l'échec de la démocratie dans notre pays », estime l'éditorialiste.

« Mais : les républicains n'ont qu'à se saisir du dossier et faire passer un texte bipartisan au Congrès », rétorque le National Journal avant de conclure : « C’est d'ailleurs ce qu'ils devraient faire s'ils veulent avoir la moindre chance de gagner la présidentielle en 2016. Puisqu'une chose est certaine : plus aucune course pour la Maison Blanche ne se gagnera aux Etats-Unis sans les votes des immigrants ».

Mexique : des dizaines de milliers de manifestants dans les rues de Mexico

Hier, des dizaines de milliers de manifestants se sont joints dans le centre-ville de Mexico aux familles des 43 disparus de l'école normale d'Ayotzinapa, dans l'Etat de Guerrero. Familles qui avaient parcouru pendant plusieurs jours le pays pour réclamer la vérité sur la disparition de leurs enfants. « Justice » titre en pleine page le quotidien La Prensa qui souligne que la grande manifestation s'est déroulée de manière pacifique.

Et pourtant, de nouveaux heurts se sont produits en fin de soirée. « Quelle tristesse ! », s'exclame El Excelsior. « Quelle tristesse qu'une mobilisation pour la justice et pour la paix se fasse littéralement incendier par des individus lâches, qui préfèrent cacher leurs visages sous des cagoules ». Mais ces fauteurs de troubles n'arriveront pas à décrédibiliser ce qui est désormais devenu une mobilisation générale, « oui même une nouvelle Révolution mexicaine », estime de son côté La Jornada qui reprend, pour conclure, un slogan que chantaient hier en boucle les manifestants dans les rues : « Le Mexique s'est réveillé ».
 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.