Accéder au contenu principal
Colombie

Le processus de paix entre la Colombie et les FARC relancé

Le médiateur norvégien Dag Nagoda annonce qu'un accord a été trouvé pour la reprise des discussions entre la Colombie et les FARC, le 3 décembre à La Havane.
Le médiateur norvégien Dag Nagoda annonce qu'un accord a été trouvé pour la reprise des discussions entre la Colombie et les FARC, le 3 décembre à La Havane. REUTERS/Enrique De La Osa
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Quatre jours après la libération d’un général de l’armée colombienne enlevé par les FARC le 12 novembre, la guérilla marxiste et les autorités de Bogota ont trouvé un accord pour reprendre les discussions à La Havane, dans le cadre du processus de paix qui se tient à Cuba depuis 2012.

Publicité

C’est au terme de la deuxième réunion en deux jours entre les FARC et les négociateurs envoyés par le gouvernement qu’un accord a enfin été trouvé pour relancer le processus de paix qui vise à mettre un terme à un conflit qui a débuté en 1964. La Norvège et Cuba, deux des pays qui se portés garants dans ce processus, ont annoncé la reprise des pourparlers pour le 10 décembre prochain pour un cycle de sept jours.

Deux réunions auront été nécessaires pour que les deux parties se rapprochent. La première, qui avait duré près de quatre heures, n’avait donné aucun résultat. Mais ce mercredi, FARC et négociateurs gouvernementaux se sont entendus sur les conditions dans lesquelles se dérouleront ces discussions. La crise engendrée par l’enlèvement du général Ruben Alzate a été « dépassée », selon le délégué cubain Jose Luis Ponce.

Dans le communiqué lu par les représentants norvégien et cubain, les deux parties ont tenu à remercier ces deux pays, ainsi que le Comité international de la Croix-Rouge, pour leur soutien et leur aide qui ont permis la libération du général dimanche dernier.
Enfin, toujours selon ce communiqué, la délégation des FARC et celle du gouvernement auraient trouvé un accord pour mettre en place un mécanisme, par le biais des pays garants, pour, à l’avenir, trouver rapidement des solutions en cas de crise.

Le président Juan Manuel Santos avait annoncé la suspension du processus après la nouvelle de l’enlèvement du général Ruben Alzate et de ses deux accompagnateurs. La reprise des discussions est une nouvelle rassurante, car beaucoup craignait que cet épisode ait affaibli la volonté des deux parties de se rasseoir à la table des négociations.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.