Accéder au contenu principal
La revue de presse des Amériques

A la Une: la 20e conférence mondiale sur le changement climatique

La 20e conférence de l’ONU sur le climat se tient à Lima, au Pérou, du 1er au 12 décembre.
La 20e conférence de l’ONU sur le climat se tient à Lima, au Pérou, du 1er au 12 décembre. REUTERS/Mariana Bazo

Publicité

 

L’objectif est de démontrer qu’à Lima les délégations du monde entier « auront agi de façon responsable, pour aboutir à un véritable engagement lors de la conférence de Paris », affirme le ministre péruvien de l’Environnement, cité dans El Peruano.

De son côté, El Comercio publie un article sur la déforestation qui a atteint des niveaux records au Pérou au cours des 13 dernières années. 113 000 hectares de forêt ont disparu chaque année dans le pays, à cause des fronts de l’agriculture, la construction de routes et les mines.

Granma, le quotidien officiel cubain, consacre un éditorial à l’engagement de l’Amérique latine pour un accord climatique. Car, selon l'éditorialiste, les pays de la région et des Caraïbes figurent parmi ceux qui vont subir le plus violemment ces changements climatiques. Tout repose donc sur les décisions que prendront les pays les plus industrialisés, principaux responsables de ces problèmes. C’est d’eux que dépendra la survie des petits Etats insulaires, de l’agriculture et des populations les plus pauvres, conclut Granma.

Colombie : gouvernement et FARC tentent de relancer le processus de paix

Ce processus de paix, entamé il y a deux ans à La Havane, a été suspendu suite à l’enlèvement d’un général il y a dix jours. Après sa libération dimanche, les discussions ont repris pendant quatre heures ce mardi afin de fixer les modalités de la reprise des négociations de paix, explique Semana.

Le site de l'hebdomadaire publie par ailleurs une lettre qu’a adressée le chef des FARC, Timoleon Jimenez, alias Timochenko, au général Alzate tout juste libéré. Dans cette lettre, il l'invite à se joindre au dialogue avec la guérilla.

Avant même qu’un accord de paix soit signé, la question du post-conflit se pose déjà. Et la CPI, la Cour pénale internationale, prévient : des amnisties totales pour des personnes qui auraient commis des crimes graves ne seraient pas acceptables, relève El Espectador.

Aux Etats-Unis, d'anciens nazis ayant quitté le pays ne percevront plus leur retraite

C’est ce qu’a décidé la Chambre des représentants, lors d’un vote à l’unanimité hier. Cette loi comble un vide juridique qui permettait jusqu’à présent à d'anciens nazis de percevoir des millions de dollars, s’ils acceptaient de partir volontairement des Etats-Unis ou s’ils prenaient la fuite, pour éviter les longues procédures d’expulsion, souligne El Nuevo Herald. Désormais, le paiement des prestations sociales sera suspendu pour les nazis présumés, qui auront perdu leur citoyenneté américaine par « dénaturalisation ».

C’est une enquête d’Associated Press qui a révélé, en octobre dernier, que des dizaines d’anciens nazis avaient perçu des prestations de la Sécurité sociale en échange de leur départ des Etats-Unis. Exemple : l’ancien gardien du camp de concentration d’Auschwitz, Jakob Denzinger, qui a quitté les Etats-Unis en 1989 et réside en Croatie, continue jusqu’à présent à percevoir 1 500 dollars par mois de la Sécurité sociale. Le texte doit être voté au Sénat dans quelques semaines.

En Uruguay, le président élu a annoncé son futur gouvernement

Tabaré Vazquez, qui prendra ses fonctions le 1er mars 2015, a dévoilé les noms des 30 ministres et sous-secrétaires d’Etat qui formeront son gouvernement, révèle Red 21. Il a assuré que la transition avec celui du président José Mujica débutera dès le 10 décembre, et que sa future équipe restera en place jusqu’à la fin de son mandat.

Selon El Observador, à la différence de son premier mandat présidentiel de 2005 à 2010, Tabaré Vazquez a choisi cette fois de s’entourer de proches collaborateurs, plutôt que d’élargir aux différentes composantes de la coalition du Frente amplio.

Six ministres nommés ont déjà occupé des postes ministériels lors de son premier mandat, dont l’actuel vice-président Danilo Astori qui sera le futur ministre de l’Economie. Quatre ministres de José Mujica conservent leur poste, l’Intérieur avec Eduardo Bonomi, et le ministre de la Défense, l’ancien guérillero Eleuterio Fernandez Huidobro.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.