Accéder au contenu principal
Sciences/Pérou

Conférence sur le climat: des options pour éviter les crispations

Le secrétaire d'Etat John Kerry et le président péruvien Ollanta Humala le 11 décembre 2014 à Lima.
Le secrétaire d'Etat John Kerry et le président péruvien Ollanta Humala le 11 décembre 2014 à Lima. REUTERS/Enrique Castro-Mendivil
Texte par : RFI Suivre
2 min

Les ministres de quelques 194 pays sont réunis à Lima, au Pérou, pour finaliser les deux textes qui devront sortir de la 20e conférence de l’ONU sur le climat, la COP20. Le premier texte est la convention qui remplacera le protocole de Kyoto - sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre - et sera signée à Paris en 2015. Le second, intitulé la décision de Lima, demande aux Etats de s’engager dès 2015 sur leurs contributions nationales pour lutter contre l’effet de serre.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à LimaAgnès Rougier

D’aucuns considèrent que cette COP est un peu molle, que les décisions n’apparaissent pas clairement. Pourtant, pour la première fois depuis 2009, un secrétaire d’Etat américain s’est déplacé pour une conférence sur le climat. John Kerry a demandé aux pays émergents, comme l’Inde et la Chine, de ne pas bloquer l’accord en refusant leurs responsabilités dans les émissions de gaz à effet de serre.

Cette position des Etats-Unis reflète les points de blocage entre les groupes de pays. Dans le texte du futur accord de Paris, il n’y a pas de vision générale partagée. Le nombre d’options a augmenté au fil de jours, et pour éviter les crispations, tout pourrait bien être gardé tel quel jusqu’à l’année prochaine.

Le second texte, la décision de Lima, qui demande aux pays de mettre sur la table leurs contributions respectives à la lutte contre le réchauffement, est forcément sujet à discussion. En effet, ce qui a changé depuis Kyoto, c’est que tous les pays doivent y participer, quelle que soit leur responsabilité dans l’effet de serre.

Mais la présidence péruvienne de la COP a maintenant la main. Elle a distribué les textes aux ministres, en leur demandant de les réduire au maximum avant signature. La fin des négociations devrait avoir lieu ce vendredi, mais jusqu’ici, aucune COP ne s’est jamais terminée dans les temps.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.