Accéder au contenu principal

Greenpeace pénètre sur un site nazca et sème la colère au Pérou

Le site protégé des géoglyphes de Nazca (ici le colibri), au Pérou, a été «profané» le 8 décembre par les militants de Greenpeace.
Le site protégé des géoglyphes de Nazca (ici le colibri), au Pérou, a été «profané» le 8 décembre par les militants de Greenpeace. REUTERS/Greenpeace/Handouts via Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 min

Si Greenpeace est coutumière du genre, sa dernière provocation en date risque de lui coûter cher. L’intrusion, lundi 8 décembre à l’aube, d’une douzaine de ses militants sur le site protégé des lignes de Nazca au Pérou provoque une tempête politique et médiatique.

Publicité

Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

Impossible de le rater : le message en faveur du développement durable était déposé sur le sol désertique, en grandes lettres de plastique jaune, à côté du fameux géoglyphe connu comme le Colibri.

Problème, toute cette zone est patrimoine mondial de l’Humanité depuis 1994. Elle est interdite d’accès aux touristes, et même le président péruvien doit demander une autorisation pour s’y rendre. Le simple fait d’y marcher laisse des cicatrices sur le sol désertique. Autant dire que l’organisation écologiste n’est pas à l’honneur cette semaine à Lima où elle participait à la conférence de l’ONU sur le climat.

Le président Ollanta Humala l’accuse notamment d’avoir manqué de « respect » envers le Pérou. Si certains des activistes, dont plusieurs étrangers, ont été identifiés, la Justice se hâte lentement et beaucoup pourraient avoir déjà quitté le pays.

Parlant d’une opération « mal préparée » et « stupide », Kumi Niadoo, directeur éxécutif de Greenpeace, s’est excusé sans réserve. Il est attendu ce jeudi soir à Lima. Il y répètera aux autorités le « profond regret » de l’organisation.

Même si son éditorial reproche à Greenpeace d’avoir oublié que « les lignes de Nazca ne sont pas renouvelables », le quotidien El Comercio y voit aussi l’occasion de rappeller aux autorités, notamment culturelles, que le patrimoine archéologique du Pérou est mal protégé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.