Accéder au contenu principal
Nicaragua

Nicaragua: un canal très contesté

Des manifestants le 10 décembre 2014 à Manuagua contre la construction du canal interocéanique.
Des manifestants le 10 décembre 2014 à Manuagua contre la construction du canal interocéanique. REUTERS/Oswaldo Rivas
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La construction du canal interocéanique du Nicaragua débute ce lundi 22 décembre. Un projet à 50 milliards de dollars (presque cinq fois le PIB du Nicaragua) confié à une entreprise chinoise. Plus long et plus large que le canal de Panama, il espère capter 5 % du commerce mondial. Mais malgré les retombés économiques, ce projet n'est pas accueilli à bras ouverts par les Nicaraguayens.

Publicité

« Les Chinois dehors. » C'est avec ce slogan que des milliers de Nicaraguayens protestent contre le projet de construction du canal, long de 280 km. Ils critiquent les largesses accordées à l'entreprise concessionnaire, la HK Nicaragua Canal Development. « Ces affaires, ces investissements pourront être réalisés avec une série d'avantages vraiment paradisiaques ! Par exemple, il n'y a pas d'impôts locaux à payer, il n'y a pas non plus d'impôts à verser au gouvernement central », dénonce ainsi Victor Hugo Tinoco, député du Movimiento Renovador Sandinista.

La loi offre à l'entreprise chinoise 50 ans de droits exclusifs renouvelables et la liberté de construire des aéroports, des zones franches ou même des complexes touristiques. « L'Etat du Nicaragua n'investit absolument rien, il fournit seulement le terrain. Mais le contrat prévoit que le Nicaragua reçoive 1 % de la valeur des actions et dans 50 ans, il en aura 51 % », explique Manuel Coronel Kautz, président de l'autorité du canal.

Les critiques dénoncent aussi l'impact environnemental : le canal traverse des zones protégées et le lac Cocibolca, la plus importante réserve d'eau douce d'Amérique centrale. Une étude d'impact a été commandée, ses conclusions seront rendues publiques au mois d'avril, quatre mois après le début des travaux, des travaux qui devraient durer cinq à dix ans selon l'Autorité du grand canal.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.