Accéder au contenu principal
Nicaragua

Nicaragua: la police réprime les opposants au canal interocéanique

Des paysans montrent leurs blessures causées par des balles en caoutchouc après des heurts avec la police anti-émeute dans la ville de Tule, le 24 décembre 2014.
Des paysans montrent leurs blessures causées par des balles en caoutchouc après des heurts avec la police anti-émeute dans la ville de Tule, le 24 décembre 2014. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
1 min

Deux personnes auraient été tuées par la police dans le départementde Rio San Juan, au sud-ouest du Nicaragua, lors d'une manifestation de paysans qui protestaient contre la construction d'un canal interocéanique censé concurrencer celui de Panama. La police a cependant démenti la mort de ces deux manifestants. Mais elle a confirmé que 21 personnes ont été blessées, et 33 autres détenues durant cette action contre les paysans qui s’opposent à l'expropriation de leurs terres.

Publicité

Avec notre correspondant dans la région, Patrick John Buffe

Cette intervention musclée de la police nicaraguayenne pourrait bien être le prélude à une répression systématique des personnes affectées par la construction de ce canal. Elle devrait être aussi le début d’un bras de fer entre les adversaires de cette œuvre pharaonique et le pouvoir, exercé de manière autoritaire par le président Daniel Ortega.

Les opposants au canal interocéanique, dont le chantier vient de commencer, dénoncent à la fois les graves risques de pollution du lac Cocibolca - la plus importante réserve d'eau douce d’Amérique centrale - et les menaces d’expulsion de leurs terres de 30 000 petits paysans. Ils critiquent également le manque de communication et de transparence, tant du gouvernement que de l’entreprise concessionnaire, la Chinoise HKND.

Ces derniers mois, les Nicaraguayens étaient déjà descendus dans les rues de la capitale, Managua, et de nombreuses villes de l’intérieur, pour s’opposer à ce projet censé sortir le pays de la pauvreté. Maintenant que le chantier a débuté, il est fort probable que l'on voit les protestations se multiplier sur le tracé même de ce canal, dont le coût est estimé à plus de 40 millions d’euros.

→ À (RE)LIRE : Début des travaux du canal interocéanique au Nicaragua

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.