Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Controverse à New York après le geste de policiers envers leur maire

Le maire de New York Bill de Blasio lors des obsèques du policier Rafael Ramos, le 27 décembre 2014.
Le maire de New York Bill de Blasio lors des obsèques du policier Rafael Ramos, le 27 décembre 2014. REUTERS/Mike Segar
Texte par : RFI Suivre
2 min

Les policiers qui ont tourné le dos au maire de New York alors qu’il prononçait samedi l’éloge funèbre de l’agent Rafael Ramos, assassiné le 20 décembre avec un de ses collègues à Brooklyn, a soulevé une controverse qui a alimenté les discussions des émissions politiques du dimanche 28 décembre.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Depuis le début des manifestations contre les violences policières, le maire de New York, Bill de Blasio, a des problèmes avec sa propre police qui lui reproche de ne pas l’avoir soutenue alors qu’elle devait faire face à l’hostilité des protestataires.

Certains policiers ont donc voulu lui exprimer leur mécontentement pendant les obsèques de leur collègue Rafael Ramos samedi , en lui tournant le dos lorsqu’il a pris la parole, un comportement dénoncé par leur chef, Bill Bratton, dans des interviews aux chaînes NBC et CBS.  « Je ne soutiens pas ce geste, a commenté Bill Bratton. Ces funérailles étaient en l’honneur de l’agent Ramos et faire de la politique lors de cet événement, je trouve que c’était très inapproprié. »

Si l’ancien maire de New York, Rudolph Giuliani, est d’accord avec le chef de la police, il estime toutefois que Bill de Blasio devrait présenter des excuses aux hommes en bleu de la NYPD, la police new-yorkaise : « Certains manifestants étaient entièrement dans leur droit, mais d’autres étaient horribles, hurlant “tuez la police, tuez la police, tuez la police”. Il [le maire de Blasio] aurait dû s’excuser pour les remarques qu’il a faites et qui ont donné l’impression à la police qu’il était dans l’autre camp. »

Bill Bratton, pour sa part, préconise un dialogue avec la communauté noire, estimant que le problème n’était pas seulement racial, mais aussi économique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.