Accéder au contenu principal
Haïti

Haïti: les mandats législatifs prolongés jusqu’aux prochaines élections

Le président haïtien Michel Martelly a cédé aux attentes des parlementaires: leurs mandats seront prolongés jusqu'aux prochaines échéances électorales.
Le président haïtien Michel Martelly a cédé aux attentes des parlementaires: leurs mandats seront prolongés jusqu'aux prochaines échéances électorales. REUTERS/Hannibal Hanschke/Files
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Pour apaiser la crise électorale qui paralyse la vie politique d’Haïti depuis des mois, le président de la République a signé ce lundi un accord avec le Parlement et le pouvoir judiciaire. Michel Martelly a donc cédé face aux pressions des parlementaires et de la communauté internationale : le mandat des députés et sénateurs va être prolongé jusqu’à l’organisation d’élections législatives.

Publicité

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Le Parlement d’Haïti va pouvoir continuer à fonctionner après le 12 janvier. Les députés pourront rester à leur poste jusqu’au 24 avril et les sénateurs jusqu’au 9 septembre, sous réserve tout de même que ces derniers votent la loi électorale, texte indispensable à l’organisation des scrutins. Pour Evans Paul, le Premier ministre récemment nommé par Michel Martelly, cet accord est une réelle avancée.

« Nous sommes très motivés pour que, le 12 janvier, il règne dans le pays une ambiance d’équilibre entre les trois pouvoirs, a déclaré ce dernier. Avant le 12 janvier, nous ferons tout pour avoir un gouvernement de consensus et tous les outils pour le pays puisse s’engager dans l’organisation d’élections démocratiques. Et je pense que c’est une preuve de concession de la part de l’exécutif, pour rallier tout le monde. Comme je l’ai toujours dit : il faut nous entendre entre Haïtiens malgré nos différences, pour le progrès et une vie meilleure. »

Sous la pression internationale et particulièrement celle des Etats-Unis, Michel Martelly a donc cédé aux attentes des parlementaires. Cette concession révèle une perte de pouvoir du président de la République qui n’a pas souhaité parler aux médias à l’issue de la signature de cet accord.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.