Accéder au contenu principal
Rapprochement Etats-Unis - Cuba

Raul Castro exige la levée de l'embargo américain contre Cuba

En visite au Costa-Rica pour un sommet de la Célac, le président cubain Raul Castro a insisté sur la levée de l'embargo américain, condition sine qua non d'un rapprochement avec les Etats-Unis.
En visite au Costa-Rica pour un sommet de la Célac, le président cubain Raul Castro a insisté sur la levée de l'embargo américain, condition sine qua non d'un rapprochement avec les Etats-Unis. REUTERS/Costa Rica Presidency/Handout via Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le président cubain s'est exprimé à l'occasion du sommet des Etats d'Amérique latine et des Caraïbes (Célac), au Costa-Rica, liant une réelle normalisation des relations entre Washington et La Havane à la fin de cet embargo économique, en place depuis 50 ans.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

La visite de la secrétaire d'Etat adjointe Roberta Jacobson à Cuba, a permis une prise de contact la semaine dernière, mais aucune mesure concrète n'a été annoncée après les entretiens. Le problème principal entre les Etats-Unis et Cuba n'a pas été résolu, explique en substance Raul Castro, pour qui il faut lever l'embargo. Le président cubain s'exprimait pour la première fois depuis l'annonce du 17 décembre, et il donne en quelque sorte des conseils à Barack Obama, qui doit « avancer même sans décision du Congrès ».

C'est en effet le Congrès américain qui, seul, peut lever l'embargo. La Maison Blanche peut accélérer sur certains dossiers, comme la réouverture d'une ambassade, ou retirer Cuba de la liste des Etats finançant le terrorisme. Sur ce dernier point, qui donnerait de l'air à l'économie cubaine, une recommandation a été demandée au département d'Etat, la décision revient en effet au président. Quant à l'ouverture d'une ambassade, le sujet est en négociation, mais aucune décision n'a, semble-t-il, été prise.

Barack Obama et Raul Castro devraient se rencontrer en avril, lors du sommet des Amériques au Panama. Pour que ce tête-à-tête historique se concrétise, il faudra sans doute que Washington et La Havane fassent un pas de plus vers la normalisation.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.