Accéder au contenu principal
Brésil / Pétrole

Brésil: le scandale Petrobras emporte la direction du géant pétrolier

L'ex-présidente du géant pétrolier Petrobras, Graça Foster, a démissionné mercredi 4 février suite à un scandale de corruption.
L'ex-présidente du géant pétrolier Petrobras, Graça Foster, a démissionné mercredi 4 février suite à un scandale de corruption. Tomaz Silva/ Agência Brasil
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La présidente du géant pétrolier brésilien, Graça Foster, a démissionné mercredi 4 février. L’annonce a fait l’effet d’une bombe sur les marchés financiers. Le scandale de corruption qui touche Petrobras ses ramifications politiques secouent font trembler le pays.

Publicité

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

La présidente Dilma Rousseff doit désormais rapidement trouver un remplaçant à la présidente de Petrobras. La démission de cette dernière ainsi que de cinq des directeurs du géant pétrolier a surpris tout le monde, mais elle ne prendra officiellement effet que demain, lorsque se réunira le conseil d’administration de Petrobras chargé d’élire une nouvelle direction.

Graça Foster, la présidente démissionnaire, est une amie proche de la présidente brésilienne qui l’aura défendue jusqu’au dernier moment. Sauf que depuis sa prise de fonction en 2012, la valeur de Petrobras sur le marché a fait une chute vertigineuse de plus de 70 milliards d’euros.

La plus grande entreprise publique d’Amérique du Sud est depuis plusieurs mois au cœur du scandale de corruption « le plus important de l’histoire du pays », selon le procureur en charge du dossier. Plus de 3,5 milliards d’euros auraient été détournés, dont une partie à destination des principaux partis politiques brésiliens, soupçonnés d'avoir touché pendant des années un pourcentage fixe des sommes volées. Le Parti des travailleurs, celui de la présidente Dilma Rousseff, et de l’ancien président Lula est mis en cause. Or Dilma Rousseff a même été présidente du conseil d’administration de Petrobras.

Pour l’instant, les noms des politiques soupçonnés par la justice n’ont pas été rendus publics. Mais plus de quarante d’entre eux seraient mis en cause.

Dans l’immédiat, la présidente brésilienne doit trouver un nouveau président pour l’entreprise Petrobras, un remplaçant qui sera capable de rassurer les marchés. Mais le scandale n’est pas prêt de s’éteindre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.