Haïti

Droits de l'homme en Haïti: l'ONU tire la sonnette d'alarme

Des locaux du Pénitencier national, le centre de détention le plus important d'Haïti.
Des locaux du Pénitencier national, le centre de détention le plus important d'Haïti. Igor Rugwiza – UN/MINUSTAH

L'expert indépendant des Nations unies sur la situation des droits de l'homme en Haïti vient d'effectuer une visite de dix jours dans le pays. Le constat qu'il dresse est alarmant : Gustavo Gallon s'inquiète de la surpopulation carcérale et alerte une fois de plus les autorités sur le fait que certains prisonniers attendent, dans des conditions d'hygiènes inhumaines, leur procès depuis plus de dix ans. La crise politique causée par l'absence d'élections depuis quatre ans ne permet pas non plus d'améliorer la vie des habitants du pays.

Publicité

Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

Près de 80 % des prisonniers en Haïti n'ont pas encore été jugés et c'est inadmissible pour Gustavo Gallon. L'expert indépendant de l'ONU pour les droits de l'homme déplore l'absence de progrès en matière de justice. Qu'il s'agisse de la prison pour femmes ou du centre de rééducation des mineurs, les deux établissements qu'il a pu visiter cette fois-ci, le manque d'hygiène et la surpopulation extrême sont pour lui inhumains et dégradants.

Pour l'avancée de l'état de droit en Haïti, Gustavo Gallon a par ailleurs demandé à ce que les victimes de crimes durant la dictature obtiennent justice. La mort de Jean-Claude Duvalier en octobre dernier n'y change rien : il faut selon lui que le pays fasse son devoir de mémoire.

Depuis sa dernière visite en juillet, l'expert en droits humains n'a pu que constater la détérioration du climat politique : le Parlement ne fonctionne plus depuis deux mois et la non-tenue des élections n'a fait qu'accroître la grogne sociale.

Les tensions avec la République dominicaine voisine sont un autre point qui inquiète Gustavo Gallon. Il a tenu à exprimer sa solidarité avec les personnes d'origine haïtienne qui subissent discrimination et racisme de l'autre côté de la frontière.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail