Accéder au contenu principal
La revue de presse des Amériques

A la Une: «Benyamin Netanyahu n’a pas convaincu»

Benyamin Netanyahu à son arrivée au Congrès, à Washington, le 3 mars 2015.
Benyamin Netanyahu à son arrivée au Congrès, à Washington, le 3 mars 2015. REUTERS/Gary Cameron
4 mn

Publicité

Le discours du Premier ministre israélien mardi 3 mars 2015 devant le Sénat américain continue à faire la Une de la presse nord-américaine. « Son discours n’était pas convaincant », tranche le New York Times. « Sur le fond, le Premier ministre n’a pas dit de choses nouvelles. Tout était dans la posture ». A deux semaines des élections en Israël, il voulait s’afficher comme un « hardliner », un partisan de la ligne dure, concernant des sujets de sécurité.

« Il ne nous a rien appris de nouveau sur l’Iran et ses arguments contre les négociations sont déjà connus. Son appel pour que Barack Obama s’engage à obtenir un meilleur accord sonne creux », poursuit le New York Times. « Benyamin Netanyahu ne veut tout simplement pas de négociations. Mais il n’a pas non plus donné une vision alternative aux discussions en cours ».

Les démocrates remontés contre le Premier ministre israélien

Son discours est « une insulte à l’intelligence des Etats-Unis ». C’est Nancy Pelosi, présidente du groupe des démocrates à la Chambre des représentants, qui le dit dans les colonnes de Politico. Côté républicain, c’est le soutien sans faille pour Benyamin Netanyahu et ses propos musclés.

Selon le site d’information, les parlementaires conservateurs vont se pencher dès la semaine prochaine sur un projet de loi qui soumettrait tout accord avec l’Iran à l’approbation du Congrès. « Mais il n’est pas sûr que ce projet de loi puisse passer », estime Politico. De toute façon, écrit le Washington Post, il ne faut pas non plus surestimer l’influence du Congrès sur les négociations en cours. « Le seul dont le mot pèse dans les discussions, c’est le président américain Barack Obama », conclut le Washington Post.

La corruption revient à la Une de la presse brésilienne
 
Le parquet a demandé à la Cour suprême d'ouvrir une enquête sur 54 personnes dont des parlementaires de haut rang. L’objectif c’est de déterminer s'ils ont touché des pots-de-vin de la compagnie pétrolière Petrobras, contrôlée par l'Etat. Les noms des personnes qui pourraient faire l'objet d'une enquête n’ont pas été divulgués.

Selon O Globo, on sait d’ores et déjà que les présidents des deux Chambres du Congrès figurent sur la liste, ainsi que plusieurs sénateurs connus et un ancien ministre de la Ville. Le procureur général Rodrigo Janot qui a présenté la requête a sollicité la levée du secret de l'instruction ce qui devrait être accordé, d’après la Folha de Sao Paulo.

Au Chili, l’éruption spectaculaire d’un volcan

Avec des photos spectaculaires qui montrent le volcan Villarrica crachant du feu et des cendres dans le ciel. 4 000 personnes ont été évacuées selon El Mercurio. Plus de 500 sont encore hébergées dans des hôtels. La présidente Michelle Bachelet s’est rendue sur place pour « superviser » l’opération d’évacuation.

Opération anti- « tourisme maternel » à Los Angeles
 
La police de Los Angeles a mené mardi 3 mars 2015 des perquisitions dans une trentaine de domiciles habités par des Chinois. L’opération visait des Chinoises venues accoucher aux Etats-Unis pour que leur enfant obtienne la nationalité américaine. D’après le Los Angeles Times, les perquisitions ont visé environ 400 femmes, soupçonnées d’avoir accouché en Californie à partir de 2013. Le journal n’hésite pas à parler d’un « tourisme maternel » qui se serait développé dans la région.

Toujours selon le Los Angeles Times, plus de 4 000 Chinoises seraient venues sur la côte ouest depuis 1999 pour donner naissance à un enfant, pour qu’il obtienne automatiquement la nationalité américaine. Cette décision a un certain prix : les organisations chinoises qui prennent en charge le voyage et le séjour à l’hôpital demandent jusqu’à 50 000 dollars aux femmes intéressées. Apparemment, ces sommes ne dissuadent pas la clientèle aisée de venir accoucher aux Etats-Unis, une pratique de plus en plus répandue dans la nouvelle classe moyenne chinoise.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.