Accéder au contenu principal
La revue de presse des Amériques

A la Une: première nuit de couvre-feu à Baltimore

Un manifestant au moment du couvre-feu à Baltimore, le 28 avril 2015,
Un manifestant au moment du couvre-feu à Baltimore, le 28 avril 2015, REUTERS/Shannon Stapleton

Publicité

« Sous surveillance, Baltimore nettoie et va de l’avant », titre ce matin le Baltimore Sun. Le quotidien, qui revient sur cette première nuit de couvre-feu, détaille également les événements de la journée qui ont suivi les émeutes de la nuit du lundi 27 au mardi 28 avril. Dans les rues de Baltimore mardi, on pouvait voir des habitants balais et sacs poubelle dans les mains, nettoyant la ville.

Une fois la nuit tombée et le dispositif de surveillance mis en place par la garde nationale et la police, seules quelques arrestations pour violation du couvre-feu ont été enregistrées. Mais la police a tout de même dû employer des fumigènes et des bombes au poivre pour disperser des manifestants qui tentaient de défier le couvre-feu, selon le quotidien.

Un dispositif décrété par le gouverneur de l’Etat Larry Hogan qui, pour la peine, a décidé de déménager son bureau dans la ville portuaire. Mardi 27 avril, les forces de l’ordre ont également donné quelques détails sur les dégâts occasionnés la veille. Cent quarante-quatre véhicules ont été incendiés, ainsi que quinze bâtiments. Deux cent trente-cinq personnes ont été arrêtées, quinze officiers de police ont été blessés et trente-trois autres personnes ont été admises à l’hôpital pour des blessures d’après le Baltimore Sun.

Première réaction de Barack Obama après les émeutes de Baltimore

Mardi 28 avril, Barack Obama a enfin abordé le sujet devant la presse, souligne le quotidien, à l’occasion d’une conférence de presse prévue dans le cadre de la visite du Premier ministre japonais Shinzo Abe. Si la presse américaine s’attendait à une réaction forte, le président américain n’a pas voulu faire dans le dramatisme. Barack Obama a bien entendu condamné les violences de la veille, tout en admettant qu’elles étaient révélatrices de la crise entre la communauté afro-américaine et la police, selon le Washington Post.

Le président estime qu'il est important que les policiers reconnaissent qu'ils ont, pour certains, un problème avec la façon dont ils traitent les personnes de couleur soupçonnées d'infractions. « Il me semble qu'il y a des services de police qui doivent faire leur examen de conscience. Je pense qu'il y a certaines communautés qui doivent faire leur examen de conscience. Mais nous, en tant que pays, devons aussi faire notre examen de conscience. Ce n'est pas nouveau. Cela dure depuis des décennies », peut-on ainsi lire dans les pages du Washington Post.

Même le sport américain est touché par le couvre-feu de Baltimore

Les événements de Baltimore ont même un impact sur le sport américain. Lundi 27 avril, les Baltimore Oriols devaient affronter les Chicago White Sox dans la ligue nord-américaine de baseball. Le match a été annulé pour cause d’émeutes. Mardi 28 avril, pour cause de couvre-feu, le match a de nouveau été reporté et il se tiendra finalement le mercredi, dans un stade vide, détaille le Washington Post. Une preuve de plus de l’importance des événements qui se déroulent en ce moment dans cette ville du Maryland, estime le quotidien.
 
Chili : Michelle Bachelet lance l’élaboration d’une nouvelle Constitution

C’était l’un des thèmes centraux de la campagne électorale de Michelle Bachelet pendant la présidentielle : mettre un terme à la Constitution héritée de la dictature d’Augusto Pinochet. Un peu plus d’un an après sa prise de fonction, Michelle Bachelet a annoncé mardi 28 avril, lors d’une allocution télévisée, le début des consultations sur ce thème pour le mois de septembre, d’après El Mercurio. Un processus qui se fera à travers « le dialogue, des débats, des consultations sur différents chapitres », selon la présidente.

Lors de cette allocution, Michelle Bachelet a également annoncé des mesures pour lutter contre la corruption. Au Chili, toutes les formations politiques sont concernées par des affaires en ce moment, même le fils de Michelle Bachelet est au cœur d’un scandale, rappelle La Tercera. Les mesures, qui seront inscrites dans la nouvelle Constitution, seront « sévères » d’après la présidente, qui a mis en garde ceux qui lutteront contre, selon El Mercurio.

Le but est de rendre totalement « transparent le financement des partis politiques, d’interdire les dons anonymes et d’empêcher les entreprises de prendre part à la vie politique ». « La démocratie et la politique appartiennent à tout le monde et on ne peut tolérer qu’elles soient manipulées par le pouvoir de l’argent », a ainsi martelé Michelle Bachelet dans une tentative de retrouver la confiance des Chiliens, elle qui ne bénéficie plus que de 31 % d’opinion favorable.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.