Etats-Unis

Baltimore: six policiers poursuivis pour la mort de Freddie Gray

Un homme lève son poing envers les policiers après l'annonce de la poursuite de 6 d'entre eux. Baltimore, le 1er mai 2015.
Un homme lève son poing envers les policiers après l'annonce de la poursuite de 6 d'entre eux. Baltimore, le 1er mai 2015. REUTERS/Lucas Jackson

La procureure de Baltimore présentait ce vendredi devant la presse les rapports de l'enquête sur la mort le 19 avril de Freddie Gray, ce jeune Afro-Américain de 25 ans décédé des suites de ses blessures dans un fourgon de police. Elle a décidé de poursuivre pour meurtre les six policiers incriminés, qui jusqu’à présent n’étaient que suspendus.

Publicité

Cinq de ces six policiers devront répondre de plusieurs chefs d'inculpation, parmi lesquels violences volontaires, meurtre, agression et incarcération sans motif valable, selon Marilyn Mosby, la procureure de Baltimore. Le sixième, qui était le chauffeur du fourgon de police dans lequel était emmené Freddie Gray, est poursuivi pour meurtre au second degré. Les mandats d’arrêt à leur encontre ont déjà été émis.

Ce décès est à l'origine de manifestations depuis maintenant deux semaines à Baltimore. Dans la nuit de lundi à mardi dernier, juste après les funérailles de Freddie Gray, de violentes manifestations ont même conduit les autorités à instaurer un couvre-feu dans cette ville située à seulement 60 kilomètres de Washington.

« J'ai entendu votre appel »

Ecoutez Marilyn Mosby, procureure de Baltimore: «pas de paix sans justice»

La procureure de l'Etat du Maryland, qui avait reçu jeudi le rapport de l’enquête interne menée par la police de Baltimore, s’est également basée sur sa propre enquête pour prendre une telle décision. Marilyn Mosby a par ailleurs déclaré que cette arrestation n’était pas justifiée et que les policiers avaient refusé à Freddie Gray une aide médicale alors qu'il l'avait réclamée à au moins deux reprises.

La procureure a annoncé les inculpations des policiers en s'adressant directement à la population de Baltimore : «  Au peuple de Baltimore, et à ceux qui manifestent à travers l’Amérique, j’ai entendu votre appel "pas de paix sans justice". Nous avons vraiment besoin de paix au moment où je travaille afin de rendre justice à ce jeune homme. A ceux qui sont en colère, blessés, ou qui ont eu l’expérience de l’injustice entre les mains d’officiers de police, je demande de canaliser votre énergie pacifiquement, alors que nous instruisons ce cas. » 

«La justice a enfin été rendue»: les habitants de Baltimore sont descendus dans la rue pour manifester leur joie et leur espoir

Marylin Mosby a précisé que les poursuites lancées à l'encontre des six policiers de Baltimore ne constituaient pas une mise en cause de toute la police de la ville. Son intervention devrait calmer les ardeurs des manifestants qui réclament justice depuis l’annonce de ce décès. A Baltimore, dans le quartier où les émeutes ont éclaté lundi soir, les déclarations de la procureure ont été accueillies avec des cris de joie et des concerts de klaxons, rapporte notre envoyée spéciale Anne-Marie Capomaccio. Une foule joyeuse s'est emparée de la rue. Donald, chauffeur de bus de New York, à 3heures de route de  Baltimore, a sauté dans sa voiture lorsqu’il a entendu la procureure. « J’ai embrassé ma femme et je lui ai dit : J’ai l’impression qu’on va enfin nous rendre justice. J’ai mis de l’essence dans la voiture, j’ai filé sur Baltimore, je voulais venir montrer mon soutien à la famille Gray, et à la ville ! » raconte t-il à RFI.

L' inculpation des policiers et la rapidité de la magistrate ont été accueillies avec des cris de joie et des concerts de klaxons. Baltimore, le 1er mai 2015.
L' inculpation des policiers et la rapidité de la magistrate ont été accueillies avec des cris de joie et des concerts de klaxons. Baltimore, le 1er mai 2015. REUTERS/Eric Thayer

Obama exige l’établissement de la vérité

Pour le président Obama, il est « absolument crucial » que toute la lumière soit faite sur la mort de Freddie Gray. « Je n'ai pas l'habitude de commenter une procédure judiciaire en cours, cela ne serait pas approprié. Mais je peux dire que justice doit être faite », a déclaré le président américain qui s'exprimait depuis la Maison Blanche quelques minutes après l'annonce de poursuites contre les six policiers. Barack Obama estime que toutes les preuves doivent être examinées. « Les personnes inculpées méritent également un processus équitable et conforme aux règles de droit. » Il a ajouté qu’il allait s’assurer que le système judiciaire fonctionne comme il se doit et que le ministère de la Justice est en relation avec les autorités de Baltimore pour leur apporter leur aide dans cette enquête. « Je pense que ce que souhaite le peuple de Baltimore par-dessus tout, c'est la vérité », a-t-il souligné. « C'est aussi ce que tout le monde attend à travers le pays ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail