Etats-Unis

Attentat de Benghazi: les mails d’Hillary Clinton rendus publics

Auditionnée en janvier 2013 sur l'attaque du consulat de Benghazi, Hillary Clinton n'avait pas été ménagée par les membres du Congrès.
Auditionnée en janvier 2013 sur l'attaque du consulat de Benghazi, Hillary Clinton n'avait pas été ménagée par les membres du Congrès. REUTERS/Kevin Lamarque

Le département d’Etat a rendu public vendredi 22 mai un certain nombre de courriels d’Hillary Clinton, couvrant la période au cours de laquelle elle était secrétaire d’Etat. La candidate démocrate s’est félicitée de cette décision, mais la publication de ces premiers documents longtemps réclamés par les républicains ne va pas mettre pour autant fin immédiatement à la controverse.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Le département d’Etat a commencé à publier sur son site 296 courriels, une distribution au compte-goutte sur les 30 000 reçus ou envoyés par Hillary Clinton entre 2009 et 2013. Ces premiers messages portent notamment sur l’attentat de Benghazi du 11 septembre 2012. Cet attentat avait coûté la vie à l'ambassadeur Christopher Stevens et à trois autres agents américains. Les républicains avaient accusé, mais sans jamais pouvoir le prouver, la secrétaire d’Etat d’avoir dissimulé la vérité parlant d’abord d’une attaque spontanée provoquée par la diffusion d’une vidéo islamophobe, avant de reconnaître qu’il s’agissait d’un attentat soigneusement préparé par les islamistes.

En campagne dans le New-Hampshire, Hillary Clinton s’est dite heureuse que les premiers emails commencent à sortir, même si au moins une partie de l’un d’eux a été classée confidentielle : « Je sais que le FBI a censuré une partie d’un courriel, mais cela ne change rien au fait que toutes les informations dans les courriels ont été traitées de façon appropriée. »

La porte-parole du département d’Etat, Marie Harf a déclaré que les courriels étayaient l’analyse faite à l’époque par l’administration. Mais les républicains ne sont pas prêts à classer l’affaire et comptent continuer de l’exploiter pour essayer de barrer la route à Hillary Clinton dans sa marche vers la Maison Blanche.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail