Etats-Unis

Etats-Unis: le drapeau des confédérés, symbole raciste et esclavagiste

Le débat sur le drapeau confédéré, symbole de la fierté et de l'héritage du Sud pour ses partisans, celui du racisme et de la théorie de la suprématie blanche pour ses détracteurs, est relancé depuis la tuerie de Charleston du 17 juin 2015.
Le débat sur le drapeau confédéré, symbole de la fierté et de l'héritage du Sud pour ses partisans, celui du racisme et de la théorie de la suprématie blanche pour ses détracteurs, est relancé depuis la tuerie de Charleston du 17 juin 2015. Source Wikipedia
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après la tuerie de Charleston, où un jeune suprématiste blanc a tué neuf fidèles noirs dans une église, le drapeau confédéré continue de flotter sur un monument de cette ville de Caroline du Sud. Ce drapeau est celui que les sudistes arboraient pendant la guerre civile américaine. S'il est un important souvenir historique pour certains, ce drapeau est considéré comme le symbole du racisme et de l'esclavage pour de nombreux citoyens.

Publicité

Avec notre correspondante à WashingtonAnne-Marie Capomaccio

Si le drapeau américain est en berne en Caroline du Sud, le drapeau confédéré flotte toujours sur le monument aux morts et il blesse profondément la communauté noire américaine. Comme l'explique Julius Coles, directeur de l'université Andrew Young d'Altanta, « pour la communauté afro-américaine, c'est un drapeau qui représente des gens qui sont racistes. Cela renvoie à une période de l'histoire américaine vieille de plus d'un siècle qui date de la guerre civile américaine. Je crois qu'il faut en finir avec ce drapeau. C'est un drapeau qui ne représente pas notre société. »

L'argument historique a du mal à convaincre. Le drapeau confédéré était utilisé par les sudistes, esclavagistes, pendant la guerre civile, puis par le KKK, et par les suprématistes blancs dont se réclame le tueur présumé de Charleston. Julius Coles, comme de nombreux leaders noirs américains, s'étonne du silence des candidats à la présidentielle 2016 sur ce sujet. Une timidité qui s'explique sans doute par la crainte de perdre de précieuses voix dans les Etats du Sud. Mais le débat n'est pas clos, car la tuerie de mercredi sera jugée comme un crime de haine raciale, et des centaines de personnes ont manifesté samedi à Charleston, contre la présence du drapeau confédéré sur le monument aux morts.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail