Etats-Unis / Justice

Attentats de Boston: les excuses inédites de Djokhar Tsarnaev

Djokhar Tsarnaev, condamné à mort par un jury populaire en mai, a vu sa sentence confirmée mercredi 24 juin par un juge fédéral.
Djokhar Tsarnaev, condamné à mort par un jury populaire en mai, a vu sa sentence confirmée mercredi 24 juin par un juge fédéral. REUTERS/Jane Flavell Collins
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Djokhar Tsarnaev, condamné à mort en mai dernier pour les attentats de Boston, s’est excusé auprès des victimes. Le prisonnier a pris la parole pour la première fois lors de l’audience de confirmation de sa peine. Il ne s’était jamais exprimé auparavant. Le juge et les familles ont également eu l’occasion de prendre la parole, lors d’une audience très émotionnelle.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

C’était la première fois que Djokhar Tsarnaev prenait la parole. Les familles et les victimes ont attendu en vain durant les trois mois de procès des regrets qui sont enfin arrivés ce mercredi. Djokhar Tsarnaev, debout, la voix blanche, s’est excusé pour les souffrances infligées. Le condamné à mort a imploré Allah de le prendre en pitié.

Ces paroles ont provoqué des réactions diverses, du pardon à la colère. « Nos vies ne seront plus jamais les mêmes. Il a infligé des excuses aux survivants, à mon sens sans aucune sincérité », a ainsi confié Lynn Julian. Henry Borgard se tenait à côté de la jeune femme lors de cette conférence de presse improvisée. Pour cet étudiant de 24 ans, au contraire, le moment est venu de pardonner : « Je lui ai pardonné. Je suis arrivé à la paix, et j’espère vraiment que c’est aussi son cas. Parce que je garde toujours foi en l’humanité, et j’ai donc foi en lui. »

Au-delà des excuses, la défense et l’accusation aiguisent leurs arguments. C’est avec ses avocats que Djokhar Tsarnaev a préparé sa déclaration. Et l’équipe du procureur a déjà fait remarquer que le prisonnier n’avait pas formellement condamné le terrorisme. Djokhar Tsarnaev va rejoindre une prison de haute sécurité, ses avocats vont faire appel. C’est un long processus qui commence

Les bombes déposées sur la ligne d’arrivée du marathon de Boston le 15 avril 2013 avaient fait 3 morts et 264 blessés graves. Djokhar Tsarnaev est le seul condamné, son frère Tamerlan a été tué dans la poursuite qui a suivi les attentats.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail