Accéder au contenu principal
Colombie / Coca

Colombie: la production de cocaïne a explosé en 2014

Un soldat de l'armée colombienne, au milieu d'un champ de Coca, au nord-est de Medellin, le 3 septembre 2014.
Un soldat de l'armée colombienne, au milieu d'un champ de Coca, au nord-est de Medellin, le 3 septembre 2014. AFP PHOTO/Raul ARBOLEDA
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Colombie, la culture de la coca a fait un bond de 44 % entre 2013 et 2014, passant de 48 000 à 69 000 hectares et la production de cocaïne a augmenté de plus de 50 %, alors qu'en 2013, on notait un recul de 13 %. C'est ce que révèle un rapport l'Office des Nations unies de lutte contre la drogue et la criminalité (ONUDC), présenté ce jeudi en Colombie.

Publicité

Le rapport (disponible uniquement en espagnol), se base sur des images satellites des surfaces cultivées. Plusieurs facteurs contribuent à cette augmentation : de meilleures conditions météo, une concentration des cultures dans des zones difficiles d'accès par les autorités, et la hausse des prix de la coca.

« L'année 2014 s'est caractérisée par des prix de la feuille de coca plus importants pour les paysans, explique Bo Mathiasen, représentant en Colombie de l'ONUDC, surtout dans la zone pacifique, ce qui les a certainement poussés à en cultiver plus. »

Une alternative pour les petits producteurs

Selon Roberto Vargas, expert antidrogue colombien, les problèmes agraires de fond n'ont jamais été réglés et contribuent à cette augmentation. « Le problème de fond, c'est une structure agraire qui se base sur la concentration des terres, et une politique qui ne renforce pas les communautés paysannes, précise-t-il. Les paysans sont expulsés de leurs terres vers les zones de frontière, où la seule alternative c'est la coca. Et ces facteurs, le modèle économique colombien ne les aborde pas du tout. Tant qu'il ne modifiera pas ces politiques, la coca restera une alternative pour les petits producteurs qui n'ont pas de culture de substitution durable à cause de la distance et de problèmes d'infrastructures dont ils souffrent. »

Pour le président colombien Juan Manuel Santos, qui plaide pour une nouvelle approche de lutte antidrogue au niveau mondial, ce rapport montre clairement que la stratégie d'éradication par aspersion a bien été un échec.

→ À (RE)LIRE : Coca, la petite feuille qui monte dans les Andes

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.