Mexique

Quintuple assassinat à Mexico: une vidéo des suspects diffusée

Les photographes ont déposé leurs caméras au sol lors des obsèques du photoreporter Ruben Espinosa assassiné à Mexico vendredi 31 juillet. Son corps et celui de quatre jeunes femmes ont été retrouvés dans un appartement du quartier de Narvarte.
Les photographes ont déposé leurs caméras au sol lors des obsèques du photoreporter Ruben Espinosa assassiné à Mexico vendredi 31 juillet. Son corps et celui de quatre jeunes femmes ont été retrouvés dans un appartement du quartier de Narvarte. REUTERS/Ginnette Riquelme
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Au Mexique, les autorités judiciaires ont diffusé hier soir une vidéo de surveillance. Les images montreraient les trois meurtriers présumés de Ruben Espinosa, un jeune photoreporter tué avec quatre femmes à Mexico vendredi dernier. Un quintuple assassinat qui suscite une forte émotion dans le pays, où la liberté d'expression est régulièrement menacée.

Publicité

La vidéo, divulguée par le procureur général Rodolfo Ríos Garza, montre trois hommes sortant de l'édifice où ont été retrouvées les victimes, un immeuble de la colonia Narvarte, quartier préservé de Mexico.

C’est là que la police a retrouvé vendredi soir les cadavres de quatre femmes et d'un homme. Les victimes avaient les mains liées et leurs corps portaient des traces de torture. Elles avaient été achevées d'une balle dans la tête.

L'homme, Ruben Espinosa, avait 31 ans et travaillait pour la revueProceso et le journal AVC Noticias de Veracruz. C'est dans cet Etat, réputé comme l'un des plus dangereux du Mexique, que le photoreporter avait passé les huit dernières années de sa carrière professionnelle.

Le jeune journaliste s'était spécialisé sur les mouvements sociaux à Veracruz, des mouvements souvent critiques envers le gouverneur Javier Duarte, membre du PRI, le parti du président Enrique Peña Nieto.

Comme nombre de ses collègues, Ruben Espinosa avait été régulièrement la cible d'agressions et d'intimidations. Il y a deux mois, il s'était réfugié dans la capitale, Mexico, après avoir reçu des menaces de mort. La ville était pourtant considérée comme sûre pour les journalistes et activistes sociaux.

Parmi les victimes féminines : la jeune Nadia Vera, anthropologue et militante des droits sociaux de Veracruz. Elle avait aussi quitté le grand port de l'est pour se réfugier dans la capitale il y a plus d'un an, après avoir été victime de plusieurs agressions. Les trois autres femmes sont une jeune Colombienne et deux Mexicaines.

Ces assassinats ont suscité une vague de manifestations à travers le pays. Les proches des victimes et les opposants accusent les autorités d'être responsables de ces crimes. Dans le seul Etat de Veracruz, treize journalistes ont été exécutés depuis 2010.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail