Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Etats-Unis: l'humoriste du Daily Show Jon Stewart passe la main

Jon Stewart dans son émission, le Daily Show, le 6 août 2015 à New York.
Jon Stewart dans son émission, le Daily Show, le 6 août 2015 à New York. Brad Barket/Getty Images for Comedy Central/AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

C'est l'un des comédiens les plus connus d'Amérique. Jon Stewart quitte le Daily Show de la chaîne Comedy Central. Une émission d'humour et de politique qu'il animait depuis 1999, cumulant les succès, les récompenses (pas moins de 18 Emmy Awards), une immense reconnaissance auprès du public, et des invités prestigieux dont tout récemment le président américain Barack Obama (un habitué). Plus qu'un comique, Jon Stewart a façonné la pensée politique de millions d'Américains accros à son émission. A la rentrée, l'humoriste sud-africain Trevor Noah prendra le relais. Une première dans l'histoire de la télévision américaine grand public.

Publicité

Sa popularité, Jon Stewart l'a démontrée en 2010. A l'époque, juste avant les élections de mi-mandat aux Etats-Unis, il avait rassemblé plusieurs centaines de milliers d'Américains place du Capitole à Washington, à l'occasion de son Rally to Restore Sanity/and or Fear, littéralement un « rassemblement pour restaurer le bon sens/et ou la peur ». Une manière de se moquer de l'extrémisme en politique et de « l'effet loupe » des chaînes d'information en continu, ses deux cibles favorites.

Dès le 11 septembre 2001, Jon Stewart s'impose comme un acteur incontournable de la vie politique américaine (même s'il s'en défend). Il raille l'administration Bush, critique les guerres en Afghanistan, puis en Irak... Comédien ou acteur politique ? Comédien d'abord, dit l'humoriste. Et pourtant, son ton mordant et ses critiques à l'encontre d'une émission de CNN, Crossfire, vaudront à cette dernière une annulation par la chaîne, en janvier 2004.

Autre grand moment pour Jon Stewart : fin 2010, il consacre sa dernière émission de l'année aux pompiers, policiers et membres de la protection civile qui sont intervenus le 11-Septembre sur le site World Trade Center. Certains d'entre eux ont développé de graves maladies. Depuis neuf ans, on leur promettait une loi pour les prendre en charge, en vain. Jon Stewart les met en valeur et obtient gain de cause. « C'est scandaleux », dira même au sujet de cet abandon l'un des meilleurs ennemis de Jon Stewart, Bill O'Reilly, sur la chaîne conservatrice la plus populaire du pays, Fox News. Une vague de désapprobation médiatique, et la loi passera au Congrès en urgence. L'effet Daily Show.

A la rentrée, l'humoriste sud-africain Trevor Noah prendra le relais. Une première dans l'histoire de la télévision américaine grand public.

Vidéo ci-dessous : la campagne présidentielle française de 2007. La France, un sujet qu'affectionnait Jon Stewart.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.