Etats-Unis

Les courriels de Hillary Clinton intéressent le FBI

En campagne pour les primaires démocrates (ici à Claremont dans le New Hampshire le 11 août) Hillary Clinton a du donner accès à son serveur de messagerie au FBI.
En campagne pour les primaires démocrates (ici à Claremont dans le New Hampshire le 11 août) Hillary Clinton a du donner accès à son serveur de messagerie au FBI. REUTERS/Brian Snyder

Hillary Clinton a donné accès à son serveur privé au ministère de la Justice. Le FBI va donc pouvoir examiner la correspondance de ses années au secrétariat d’Etat (2009-2013) lorsqu’elle était chef de la diplomatie américaine. Hillary Clinton, aujourd’hui candidate à la présidentielle 2016, est au centre d’une polémique. Elle est accusée par les républicains d’avoir traité des dossiers confidentiels sans passer par les serveurs sécurisés, comme c’est habituellement la règle.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

Hillary Clinton a-t-elle, ou non, traité des affaires classifiés sur sa messagerie personnelle ? C’est sur ce point que le FBI enquête. Une commission parlementaire a rouvert le dossier de l’attaque de Benghazi en mars dernier, et c’est à la faveur de leur travail que la question a été posée. L’objectif des républicains étant de faire trébucher l’ancienne secrétaire d’Etat, désormais candidate démocrate à la présidentielle.

Hillary Clinton a commencé par traiter ces attaques par le mépris, mais la campagne électorale avançant, la candidate ne pouvait plus reculer devant les pressions des élus.
Ses justifications, sur l’inconfort de travailler avec deux boîtes de courriels ou d’avoir dans son sac à main deux téléphones, ne suffisaient pas.

L’état-major de l’ancienne secrétaire d’Etat a donc fourni, dans un premier temps, une clef USB contenant 30 000 emails professionnels… Le reste, des messages personnels, a été détruit, selon la candidate. Cela n’a manifestement pas convaincu, le FBI a donc désormais accès au serveur. Selon son porte-parole, madame Clinton est prête à « coopérer pleinement » avec les enquêteurs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail