Accéder au contenu principal
Cuba

Le pape François est arrivé à Cuba

Le pape François a été accueilli à sa descente de l'avion à La Havane par le président cubain Raul Castro, le samedi 19 septembre.
Le pape François a été accueilli à sa descente de l'avion à La Havane par le président cubain Raul Castro, le samedi 19 septembre. AFP / FILIPPO MONTEFORTE
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Son avion s'est posé ce samedi en fin de soirée. Le pape François est en visite à Cuba pour trois jours. Après Jean Paul II en 1998, Benoît XVI en 2013, c’est la troisième fois qu’un pape se rend sur l’île castriste. Cette visite intervient alors que les Etats-Unis et Cuba ont rétabli leur relations diplomatiques. Le pape a joué un rôle de médiateur de premier plan et les Cubains lui sont très reconnaissants.

Publicité

Avec nos envoyés spéciaux à la Havane,Geneviève Delrue, Lucile Gimberg et Philippe Nadel

La Havane continue de vivre au son du ronronnement des moteurs des belles américaines des années 50 qui transportent des touristes cette année très nombreux. Peu de signes visibles de la venue du pape, de rares portraits dans le centre-ville, des ouvriers qui goudronnent à la hâte des voies d’accès tandis que d’autres repeignent quelques façades d’immeubles décrépies situés sur le passage de la papamobile.

La capitale cubaine « souhaitera la bienvenue au pape François » peut-on lire dans le journal officiel Granma. La télévision retransmettra également le premier message du pape aux Cubains. Autant de signes discrets d’une visite pourtant très attendue notamment par les jeunes. « C'est une visite très importante pour le futur du pays : Cuba est maintenant en train de changer » témoigne un jeune garçon. « On a un peu plus d'espoir... je peux dire simplemement que le peuple est content de recevoir le pape et que les choses changent parce que c'est difficile ici, pour nous les Cubains » explique une jeune fille.

Même les non catholiques attendent avec intérêt la visite du pape François. « C'est une bénédiction que le Pape vienne à Cuba, qu'il bénisse le peuple. Moi je suis Yorouba, mais je respecte la religion catholique. Et moi aussi je veux être bénie par le Pape » raconte cette femme. Car il faut rappeler que sur les 11 millions de Cubains, un peu plus d'un quart seraient catholiques, beaucoup se disent non croyants, et la grande majorité pratique la Santeria, un syncrétisme religieux entre christianisme et rites afro-cubains.

Le cardinal Jaime Ortega mesure lui aussi l'importance de recevoir un Pape latinoaméricain. « Les trois Papes sont venus ici. Je suis sans doute le seul Cardinal qui aura reçu trois Papes ! François nous est proche, il nous appartient, il est latino-américain... Non seulement il parle notre langue, mais il parle aussi notre langage » se réjouit le cardinal. Sous-entendu : on se comprend mieux, mais aussi c'est lui qui a discrètement oeuvré pour le rapprochement entre les Etats-Unis et Cuba. Et c'est aussi cela que les Cubains veulent célébrer avec lui.

Le pape séjournera trois jours sur l'île et l'opposition cubaine et la Commission des droits de l'Homme espèrent que le Pape les aidera à obtenir la libération de la soixantaine de prisonniers politiques et la fin de la politique de harcèlement des opposants et des défenseurs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.