Accéder au contenu principal
Haïti

Choléra: les Haïtiens demandent toujours des comptes à l'ONU

Des graffitis hostiles à l'ONU ont recouvert les murs aux abords de la manifestation du 15 octobre à Port-au-Prince.
Des graffitis hostiles à l'ONU ont recouvert les murs aux abords de la manifestation du 15 octobre à Port-au-Prince. AFP PHOTO/HECTOR RETAMAL
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Depuis cinq ans, Haïti fait face à une importante épidémie de choléra. Près de 9 000 personnes ont déjà été tuées par la maladie et plus de 750 000 Haïtiens ont été contaminés par la bactérie depuis 2010. Les nombreuses études scientifiques ont établi que des casques bleus népalais de la Mission de l'ONU étaient responsables de l'introduction du choléra dans le pays mais les Nations Unies ont toujours refusé de reconnaître ce tort. En protestation, les victimes de l'épidémie et leurs familles ont manifesté ce jeudi à Port-au-Prince. Reportage.

Publicité

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Ils sont plusieurs centaines à réclamer justice devant l'entrée de la plus grande base de l'ONU en Haïti. Beaucoup ont souffert du choléra, certains ont perdu des membres de leurs familles. Cinq ans après le début de l'épidémie dans le pays, le silence des Nations unies leur est insupportable. Jean-Emmanuel Larose, agent de santé, y voit un signe du dédain que l'ONU a envers les Haïtiens.

« Si pour eux, on était des êtres humains, ils nous auraient présenté des excuses, s’offusque-t-il. Mais vu qu'ils ont déversé leurs cacas dans notre rivière alors qu'ils savaient qu'on se servait de cette eau, ils n'ont pas la voix pour nous présenter des excuses. On demande justice et réparation. »

Immunité onusienne

Mais jusqu'ici la justice a débouté les plaintes déposées contre l’ONU, car sa charte lui procure l'immunité. Chantal Duportal vit dans la commune d'où est partie l'épidémie. « Le choléra a décimé les gens de Mirebalais, déplore-t-elle. Beaucoup de parents sont morts et leurs enfants ne peuvent que demander la charité maintenant. Personne ne les prend en charge. Si l'Etat haïtien avait pris en charge ces enfants orphelins, aujourd'hui on ne serait pas là à crier au secours. »

Mais tant au niveau des Nations Unies que de l'Etat haïtien, le message est le même : l'urgence est à l'éradication de l'épidémie pas aux procédures judiciaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.