Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela: la MUD, coalition disparate construite sur l'anti-chavisme

La MUD, qui a remporté les élections législatives vénézuéliennes dimanche 6 décembre, est une coalition hétéroclite, qui va de la gauche à la droite dure.
La MUD, qui a remporté les élections législatives vénézuéliennes dimanche 6 décembre, est une coalition hétéroclite, qui va de la gauche à la droite dure. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Nicolas Maduro, désavoué par les électeurs au Venezuela. Pour la première fois en 16 ans, l’opposition a remporté des élections nationales dimanche 6 décembre. La Table de l’unité démocratique (MUD) a décroché 99 sièges sur 167 au Parlement monocaméral, contre 46 pour le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) au pouvoir. L’attribution des 22 derniers sièges n’est pas encore connue. Vaincre le chavisme, c’était le principal objectif de la MUD, une coalition par ailleurs très hétéroclite.

Publicité

Pas moins d’une trentaine de partis, allant de la gauche à la droite la plus conservatrice, sans compter de nombreux mouvements de la société civile. La Table de l’unité démocratique (MUD en espagnol), a été créée en 2008 avec un but : mettre fin à la Révolution bolivarienne de Hugo Chavez. Une stratégie pour y parvenir : des candidatures uniques à chaque scrutin.

L'aile modérée de cette coalition est emmenée par Henrique Capriles, du parti Justice d'abord (centre droit). Candidat malheureux face à Nicolas Maduro à la présidentielle de 2013, il a choisi de porter un message social pariant sur la victoire par les urnes. Face à lui : l'aile de la droite dure, emmenée par Leopoldo Lopez, du parti Volonté populaire, et Marina Corina Machado.

De la droite dure aux anciens communistes

Cette frange droitière de la coalition avait fait en 2014 le choix de la mobilisation de la rue pour obtenir le départ du président Maduro. Plus de deux mois de manifestations et d'affrontements violents avaient alors secoué le pays. Leopoldo Lopez, condamné pour incitation à la violence, est depuis en prison.

Plus à gauche dans la MUD, on trouve le parti Avance progressiste. Mais aussi d'anciens chavistes. Ou encore une personnalité indépendante, Jesus Torrealba. Le secrétaire général de la coalition fut un temps membre du Parti communiste du Venezuela. De quoi mesurer le côté disparate de la coalition, dont la stratégie a néanmoins payé dimanche. D'autant qu'elle a séduit de nombreux chavistes déçus par la politique de Maduro.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.