Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Elections

Après Donald Trump, Ben Carson menace le Parti républicain

Les candidats républicains Marco Rubio, Donald Trump et Ben Carson lors du débat de Boulder, dans le Colorado, le 28 octobre 2015.
Les candidats républicains Marco Rubio, Donald Trump et Ben Carson lors du débat de Boulder, dans le Colorado, le 28 octobre 2015. REUTERS/Rick Wilking
Texte par : RFI Suivre
2 min

A une année de l’élection présidentielle américaine, Donald Trump menace : s'il n'est pas traité avec respect par le Parti républicain, il se présentera comme candidat indépendant. Une décision qui garantirait une victoire pour les démocrates. En 1992, la candidature de Ross Perot avait provoqué la défaite de George Bush senior et assuré la victoire de Bill Clinton. Un second candidat républicain vient de brandir la même menace : Ben Carson.

Publicité

Le neurochirurgien noir préféré de la droite chrétienne, Ben Carson, agite à son tour l’épouvantail d’une candidature hors du Parti républicain. « Je me suis lancé dans la course parce que je veux redonner la parole au peuple. La dernière chose que je veux, c’est d'être associé à une bande de bosses de l'establishment contrariant la volonté du peuple », a déclaré le candidat sur la chaîne américaine Fox news.

A l'origine de la colère de Ben Carson, un article du Washington Post. Il dévoile que l'establishment républicain a commencé à discuter d'une stratégie si aucun des candidats n’arrive à la Convention avec suffisamment de voix de délégués requis pour être investi.

Propulser un candidat consensuel

La stratégie est simple : les caciques du parti voudraient s'assurer que Donald Trump ne soit pas élu. Le but étant d’augmenter leur chance de victoire à la présidentielle de novembre 2016, en propulsant un candidat plus consensuel dans la course.

Pour Ben Carson, c'est une manipulation en coulisse qui ne respecte pas la volonté populaire. De son côté, le leadership républicain se défend toutefois d'avoir de telles intentions.

Longtemps affiché comme favori dans l'Iowa (premier Etat à voter début février), Ben Carson voit aujourd’hui sa cote de popularité diminuer dans les sondages.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.