Accéder au contenu principal
Brésil

Corruption au Brésil: un procureur lance une pétition sur internet

La pétition propose 10 mesures principales contre la corruption au Brésil.
La pétition propose 10 mesures principales contre la corruption au Brésil. http://www.dezmedidas.mpf.mp.br/
Texte par : François Cardona
4 mn

Une pétition circule au Brésil sur internet. Son objectif : s’attaquer à la corruption. Et elle pourrait bien faire changer les choses dans un pays rongé par les détournements, d'argent public notamment. Cette pétition pourrait en effet bientôt permettre de changer la loi.

Publicité

De notre correspondantà Rio,

La pétition en faveur d’un paquet de mesure anti-corruption a déjà réuni plus d’1 million et demi de signatures. L’objectif : atteindre un million et demi de signatures. Car elle pourra alors être examinée par la Parlement, comme projet de loi d’initiative populaire.

La proposition comprend dix mesures principales dont le durcissement des condamnations pour corruption. De deux ans, la peine minimum d’emprisonnement passerait à quatre ans. Mais l’objectif est aussi de faciliter la récupération des sommes détournées.

Les corrompus invités à collaborer avec la justice

Sur le site internet de la pétition, un panneau s’adresse même aux corrompus, en leur affirmant que ce projet leur permettra de se repentir et de collaborer avec la justice, en protégeant leur identité. Mais attention, sinon ce sera la prison annonce le site. Et l’enfermement préventif pour s’assurer que l’argent volé sera rendu.

C’est un procureur qui fait partie du groupe d’enquête sur l’affaire Petrobras qui en est le concepteur. Lui et ses collègues ont découvert le détournement de plus deux milliards d’euros des comptes du géant pétrolier brésilien, des sommes dont de nombreux partis politiques auraient bénéficié. Des dizaines de personnes ont été arrêtés. Et pour la première fois un grand nombre de cadres de grandes entreprises placés en détention. C’est la plus grosse affaire de corruption de l’histoire du Brésil.

Mais selon le procureur à l’origine de la pétition, « si l’affaire Petrobras est une tumeur, c’est en fait tout le système qui est cancérigène ». C’est pour cela qu’il a lancé cette pétition en ligne, appuyé par plus d’une centaine de procureurs.

Pas question de «payer le canard»

Une autre pétition circule également sur l’internet brésilien. Elle a passé le million de signatures, mais pour une tout autre raison : elle vise à éviter une hausse des impôts... C’est une campagne sur internet, intitulée, « Je ne vais pas payer le canard ». Payer le canard, c’est une expression brésilienne qui signifie supporter les conséquences. Cette campagne a été lancée par Fédération des industries de d’Etat de São Paulo, l’une des plus puissantes du pays.

Face à la crise économique qui frappe le Brésil, et le déficit public, Dilma Rousseff a décidé d’instaurer une nouvelle taxe sur les transactions financières. Sur internet, la rébellion a pris. Plus d’un million de Brésiliens ont signé la pétition pour empêcher cette hausse indirect des impôts. Il y a même un petit jeu vidéo sur le site de la pétition, où l’on peut diriger un vaisseau spatial et détruire des impôts, en forme de dollars qui lui tombent dessus.

Mais il n’est pas sûr que cela soit très efficace en temps de crise économique. Grâce à cette nouvelle taxe, le gouvernement a déjà annoncé une entrée de près de dix milliards de reais, soit près de deux milliards et demi d’euros pour cette année.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.