Bolivie / Pérou

Accord entre Pérou et Bolivie pour sauver le lac Titicaca

Le lac Titicaca vu depuis la Bolivie.
Le lac Titicaca vu depuis la Bolivie. Wikimedia Commons / Anthony Lacoste

A près de 4 000 mètres d'altitude, c'est le plus grand lac d'eau douce d'Amérique du Sud. C'est aussi l'un des joyaux de l'activité touristique des deux pays qui le possèdent : le Pérou et la Bolivie. Ce lac est aujourd'hui menacé par les conséquences des activités agricoles, minières et par une pollution croissante. Les deux gouvernements viennent de signer un accord de 10 ans pour récupérer les eaux du lac.

Publicité

Avec notre correspondant dans la région,  Eric Samson

Les signaux d'alerte se sont multipliés ces derniers temps. La ministre bolivienne de l'Eau et de l'Environnement a rapporté un cas récent d'accumulation soudaine d'algues dans un secteur du lac, avec une perte sévère de faune et de flore. La pollution est provoquée depuis 50 ans par l'industrie minière, mais aussi par les rejets des quelque 3 millions d'habitants de la région.

C'est d'ailleurs sur cet aspect que les deux pays vont mettre l'accent initial. Sur un total de quelque 500 millions de dollars en 10 ans, 63 vont être utilisés rapidement pour construire des équipements de traitement d'eau et déchets solides ainsi que des égouts dans 22 localités de la périphérie du lac Titicaca. La Bolivie a déjà commencé à construire quelques stations d'épuration dont le besoin est urgent, selon sa ministre de l'Environnement.

Un équilibre retrouvé d'ici dix ans ?

Dans une deuxième étape, les deux pays vont optimiser les systèmes d'irrigation pour éviter les usages excessifs de l'eau du Titicaca. L'idée est d'éviter l'assèchement du lac et sa transformation en saline, comme cela est déjà en train d'arriver dans les lacs tout proche de Poopó, Coipasa et Uru Uru.

La lutte contre les exploitations minières illégales est également au programme, sans oublier l'utilisation des roseaux, les fameuses totoras, efficaces naturellement contre la pollution aquatique. L'objectif des deux pays est que le lac Titicaca soit de nouveau un système de vie sain et en équilibre d'ici à 2025.

→ Écouter sur RFI : L'asphyxie du lac Titicaca (C'est pas du vent)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail