Argentine

Un an après sa mort, des Argentins demandent justice pour Nisman

Des manifestants ont défilé lundi 18 janvier à Buenos Aires, pour demander justice et rendre hommage un an après la mort du procureur Alberto Nisman.
Des manifestants ont défilé lundi 18 janvier à Buenos Aires, pour demander justice et rendre hommage un an après la mort du procureur Alberto Nisman. REUTERS/Enrique Marcarian

Des milliers de personnes se sont rassemblées lundi 18 janvier 2016 à Buenos Aires pour rendre hommage à Alberto Nisman, ce procureur retrouvé mort chez lui d'une balle dans la tête il y a tout juste un an. Quelques jours avant sa mort, il avait accusé la présidente Cristina Kirchner de vouloir blanchir les Iraniens suspectés d'être responsables de l'attentat contre la mutuelle juive Amia en 1994. Mauricio Macri, le successeur de Kirchner à la présidence, s'est engagé à faire avancer l'enquête. Les Argentins veulent y croire.

Publicité

Avec notre correspondant à Buenos Aires,  Jean-Louis Buchet

Ils sont venus réclamer justice. Justice pour le procureur Alberto Nisman ainsi que pour les victimes de l'attentat contre la mutuelle juive Amia sur lequel il enquêtait. Des milliers d’Argentins se sont rassemblées lundi soir à Buenos Aires, un an après le décès de ce magistrat qui avait accusé la présidente Cristina Kirchner de connivence avec l'Iran, suspecté d’être responsable de l’attaque tenue en 1994.

Nisman avait été retrouvé mort chez lui, une balle logée dans la tête. « On l'a tué pour le faire taire, pense Andrés, un lycéen de 15 ans. Il avait accusé le pouvoir, et nous voyons les conséquences de s'en prendre au pouvoir en Argentine. »

Archives déclassifiées

En un an, l'enquête sur cette affaire n'a pas avancé. Mais l'espoir renaît, avec la décision du président Mauricio Macri de déclassifier les archives la concernant et de libérer du secret les agents de renseignement. Noemí Sedaka, enseignante à la retraite, veut y croire : « Je ne sais pas ce qu'il peut y avoir dans ces archives, mais attendons. Maintenant, nous sommes plus confiants parce que nous avions tous le soupçon que le gouvernement antérieur avait quelque chose à voir avec sa mort. »

Dans un mois, les documents en question seront aux mains de la juge en charge du dossier. On verra alors si la justice peut avancer. Sur la mort de Nisman, mais aussi sur l'attentat contre l'Amia, et sur les accusations que le procureur avait portées contre Cristina Kirchner.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail