Accéder au contenu principal
Santé/Brésil

Le virus zika provoque des ravages au Brésil

Une opération de dépistage de virus transmis par les moustiques à Sao Paulo, le 18 janvier 2016.
Une opération de dépistage de virus transmis par les moustiques à Sao Paulo, le 18 janvier 2016. REUTERS/Rodrigo Paiva
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un centre de recherche de Rio a annoncé le début des travaux sur un sérum pour contrer le virus zika. Le virus zika, qui est transmis par le même moustique que la dengue et que la chinkungunya, continue à provoquer des ravages au Brésil et dans une vingtaine de pays de la région, dont la Guyane.

Publicité

Avec notre correspondant à São PauloMartin Bernard

Le Brésil est le pays le plus touché par le virus zika. L'état d'urgence médical a été déclaré à la fin de l'an dernier, quand un lien a été établi entre ce virus et la multiplication de cas de microcéphalie chez certains nouveaux nés.

A ce jour, le Brésil recense près de 4 000 cas de microcéphalie, de bébés qui naissent avec un cerveau de taille inférieure à 32 centimètres et de possibles malformations. 49 nouveaux nés atteints de microcéphalie sont déjà décédés. L'armée patrouille dans certains quartiers pour tenter d'éradiquer le moustique tigre, qui transmet le virus zika, comme celui de la dengue et de la chikungunya.

La communauté internationale est elle aussi en état d'alerte. Aux Etats-Unis, où 3 personnes sont porteuses du virus, les autorités recommandent aux femmes enceintes de ne pas se rendre dans les zones atteintes par le zika. Et en Colombie, qui est le pays le plus touché après le Brésil, les autorités recommandent aux femmes de ne pas tomber enceinte.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.