Accéder au contenu principal
Mexique

Mexique: sans son chef, le cartel de Sinaloa continue de prospérer

Joaquin «El Chapo» Guzman a été arrêté le 8 janvier 2016 après de nombreux mois de cavale.
Joaquin «El Chapo» Guzman a été arrêté le 8 janvier 2016 après de nombreux mois de cavale. REUTERS/Edgard Garrido
Texte par : Patrick John Buffe
3 mn

L’arrestation du baron de la drogue Joaquin Guzman, dit « El Chapo », a fait couler beaucoup d’encre. Cependant, sa capture a relégué au second plan un thème fondamental, celui de l’avenir de son cartel. Sinaloa est l’organisation criminelle la plus puissante du Mexique et elle ne semble pas pâtir de l’arrestation de son chef.

Publicité

Avec notre correspondant à Mexico,

L’arrestation du narcotrafiquant Joaquin « El Chapo » Guzman a constitué une victoire pour le gouvernement mexicain. Cependant, il ne s’agit pas d’un véritable coup dur pour le cartel de Sinaloa, le plus puissant du Mexique. En effet, l’organisation criminelle opère comme une entreprise transnationale. Elle est présente dans une cinquantaine de pays et fonctionne sur la base de franchises ou de cellules autonomes.

De plus, ce n’est pas la première fois qu’« El Chapo » Guzman va en prison. Entre son arrestation en 2014 et son évasion l’an dernier, il avait passé 17 mois derrière les barreaux. Mais durant ce laps de temps, le cartel de Sinaloa a réussi, malgré tout, à augmenter son influence territoriale. En effet, ce cartel est si bien structuré que son leader n’est pas vraiment vital pour son bon fonctionnement.

Qui pour prendre la relève ?

Depuis déjà longtemps, le cartel de Sinaloa s’était organisé en prévision d’une nouvelle arrestation de son chef. Ainsi, il ne devrait pas y avoir pas de grands changements à la tête de cette organisation qui, depuis plusieurs années déjà, est dirigée par le principal associé d’ « El Chapo », Ismael « El Mayo » Zambada.

Cependant, les trois fils de Joaquin Guzman, qui ont déjà des responsabilités dans le cartel, pourraient, eux aussi, vouloir remplacer leur père. Ils avaient déjà tenté de le faire avant son évasion, l’an passé. Si une lutte interne pourrait donc se créer entre le tout-puissant Ismael Zambada et les trois fils d’ « El Chapo », rien ne laisse envisager qu’ils puissent s’emparer du contrôle du groupe.

Prochaine étape : l’arrestation d’ « El Mayo »

L’objectif du président mexicain, Enrique Peña Nieto, est désormais l’arrestation d’ « El Mayo » Zambada. Cependant, cela ne devrait pas être suffisant. Il faudrait en priorité s’attaquer directement aux structures financières du cartel, en bloquant les comptes bancaires du narcotrafiquant et en lui confisquant ses propriétés.

De plus, il faudrait lutter efficacement contre la corruption qui a permis à cette organisation criminelle de pouvoir prospérer sans grande entrave. Aujourd’hui, le patrimoine du cartel de Sinaloa est toujours intact et il continue à blanchir impunément de l’argent sale, sur le marché mexicain notamment.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.