Turquie

Turquie: Erdogan en quête de nouveaux partenaires en Amérique du Sud

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 28 janvier 2016 à Ankara.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 28 janvier 2016 à Ankara. ADEM ALTAN / AFP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan entame ce dimanche 31 janvier 2016 une grande tournée sud-américaine qui l'amènera au Chili, au Pérou et en Equateur. Un déplacement sous le signe des échanges commerciaux. La Turquie aimerait en développer avec les pays latino-américains, afin de diversifier ses partenaires, alors que les crises diplomatiques se multiplient avec les clients habituels d'Ankara.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

Les officiels turcs aiment décidément les voyages, ses derniers mois. De la Chine au Qatar en passant par le Turkménistan, le Premier ministre Ahmet Davutoglu et le président Recep Tayyip Erdogan ont multiplié les déplacements. Dimanche 31 janvier, c’est au Chili que le chef de l’Etat doit se rendre pour entamer sa tournée, qui le conduira ensuite au Pérou et en Equateur.

Des visites officielles toujours axées sur le développement du commerce, et avec le même objectif en tête, diversifier les débouchés pour les exportations turques. La crise avec la Russie est le dernier exemple en date : la Turquie est en mauvais termes avec certains de ses partenaires. Les relations ne sont d'ailleurs guère meilleures avec l'Irak, qui est le deuxième principal importateur de biens turcs.

La vocation de cette sortie sud-américaine ne varie pas, mais l'affaire s'annonce ardue pour Ankara. Les échanges avec les pays latino-américains comptent pour moins de 2 % des exportations du pays, et la Turquie, qui y vend essentiellement de l'équipement de transport ou des matières premières, est confronté à un compétiteur de taille : la Chine, beaucoup plus implantée dans la région.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail