Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Etats-Unis: Obama défie le Sénat et annonce le juge Garland à la Cour suprême

Le juge Merrick Garland, à la Maison Blanche en compagnie du président Obama et du vice-président Biden, le 16 mars 2016 à Washington.
Le juge Merrick Garland, à la Maison Blanche en compagnie du président Obama et du vice-président Biden, le 16 mars 2016 à Washington. REUTERS/Jonathan Ernst
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Comme il s'y était engagé, Barack Obama a choisi un nouveau juge à la Cour suprême pour remplacer Antonin Scalia, décédé le 13 février dernier. Merrick Garland a 63 ans et une longue expérience juridique. Il est juge d'une cour d'appel fédérale depuis 18 ans. Ses qualités professionnelles sont indiscutables, mais dans le climat politique actuel, et en année électorale, ses chances d'être confirmées rapidement sont infimes.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet

Il fallait s'y attendre. A peine le nom du candidat choisi par Barack Obama a-t-il été annoncé, mercredi 16 mars, qu'une bataille politique a éclaté. Les républicains refusent de prendre la candidature de Merrick Garland en considération.

Ils n'ont rien contre lui personnellement, mais ils ne veulent pas confirmer un nouveau juge à la Cour suprême nommé par un président en fin de mandat. Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, l'a répété mercredi dans l'hémicycle :

« La décision annoncée il y a des semaines par le Sénat est une question de principe et ne vise pas une personne. »

Les républicains jouent la montre

En réalité, ça n'est pas une question de principe, mais de politique : ils veulent faire traîner les choses dans l'espoir qu'un républicain sera élu président en novembre prochain, et nommera un juge conservateur comme Antonin Scalia.

Barack Obama, quitte à mécontenter sa gauche, a très finement sélectionné un centriste qui, espérait-il, serait plus acceptable aux yeux des républicains.

Même s'il est improbable que Merrick Garland soit confirmé avant l'élection présidentielle, il est possible, en cas d'une victoire démocrate, que la procédure commence après le 8 novembre, dans la période de l'inter-règne avant l'investiture.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.