Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Megyn Kelly, la journaliste de Fox News que Donald Trump adore détester

La présentatrice Megyn Kelly (au centre), lors d'un débat sur la primaire républicaine sur Fox News, le 28 janvier 2016.
La présentatrice Megyn Kelly (au centre), lors d'un débat sur la primaire républicaine sur Fox News, le 28 janvier 2016. REUTERS/Carlos Barria
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'Arizona et l'Utah sont les deux prochains Etats qui tiennent leur primaire mardi. Ils ont donc reçu la visite des candidats, dont celle de Donald Trump. En Arizona, des manifestants avaient barré la route menant à Phoenix où l'homme d'affaires a répété son message anti-immigrés. A Salt Lake City, dans l'Utah, centre spirituel des Mormons, il a mis en doute la religion de Mitt Romney qui vient de se rallier à Ted Cruz. Mais l'objet constant de sa vindicte depuis le début de la campagne est une journaliste de la chaîne conservatrice Fox News.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Donald Trump adore attaquer les médias. Parmi ses cibles préférées, Megyn Kelly, présentatrice vedette de la chaîne conservatrice Fox News. Cette attrayante blonde de 45 ans, mère de trois enfants, s'est attirée les foudres du magnat en lui posant, lors du premier débat en août dernier, une question qui ne lui a, mais alors vraiment pas plu : « Vous appelez les femmes que vous n'aimez pas de gros cochons, des chiennes, et des animaux dégoûtants... »

Trump ne le lui a jamais pardonné. « Je n'ai pas beaucoup de respect pour Megyn Kelly. C'est un poids léger. Je ne trouve pas qu'elle soit bonne. Sa réputation est surfaite », a-t-il déclaré.

Dans ses légendaires tweets, il est moins nuancé, la traitant de « ratée », de « bimbo » et parlant de « Megyn Kelly la folle ».

Prenant énergiquement la défense de sa star, Fox News dénonce l'obsession maladive de Trump contre elle et lui apporte son plein soutien. Se refusant à répondre à ses attaques, la journaliste s'est contentée de poster sur son compte Twitter un sondage montrant que la moitié des Américaines avaient une opinion très défavorable du candidat républicain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.