Etats-Unis

Trump défend son directeur de campagne après les accusations d’une journaliste

Le candidat républicain Donald Trump lors d'un discours à Janesville, dans le Wisconsin, le 29 mars 2016.
Le candidat républicain Donald Trump lors d'un discours à Janesville, dans le Wisconsin, le 29 mars 2016. REUTERS/Kamil Krzaczynsk

Le directeur de campagne de Donald Trump a été brièvement arrêté pour voies de fait sur une journaliste. Il est accusé d'avoir touché intentionnellement une personne contre son gré en saisissant le bras d'une journaliste pour l'empêcher d'interviewer le favori républicain. Donald Trump est rapidement passé à la contre-attaque. Prenant la défense de son conseiller, il met en doute la légitimité de la plainte de son accusatrice.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Corey Lewandowski, qui s'est présenté volontairement devant la police de Jupiter en Floride, été assigné à comparaître le 4 mai prochain pour avoir agrippé le bras d'une journaliste, Michele Fields, qui essayait de poser une question à Donald Trump après une conférence de presse à son club de golf en Floride, le 8 mars dernier. L'altercation avait laissé des bleus sur le bras gauche de la jeune femme.

Donald Trump a énergiquement pris la défense de son conseiller. Lors d'une interview à bord de son avion privé, il a affirmé que c'était lui qui avait été agressé par la journaliste : « C'est elle qui m'a agrippé le bras, et il s'est interposé pour l'en empêcher. La conférence de presse était finie, et je quittais la salle et elle a couru après moi, et il y a des photos montrant qu'elle m'a saisi le bras. 

Trump met aussi en doute que les bleus aient été provoqués par Corey Lewandowski, ce à quoi Michele Fields lui lance dans un tweet : « Arrêtez de mentir. »

 Les rivaux de Trump sont tout naturellement ravis : Ted Cruz qui est au coude-à-coude avec Trump dans la primaire du Wisconsin de mardi prochain espère que ce nouvel incident lui permettra de gagner, ce qui pourrait empêcher le favori d'obtenir les 1237 délégués dont il a besoin pour obtenir l'investiture.

 ► A (RE)ECOUTER : Donald Trump et Bernie Sanders, les deux candidats anti libre-échange (Aujourd'hui l'Economie)

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail