Accéder au contenu principal
Venezuela

Pour économiser l’électricité, le Venezuela décrète les vendredis fériés

Des Vénézuéliens patientent devant un centre commercial fermé durant la semaine sainte fériée, le 10 février 2016 à Caracas.
Des Vénézuéliens patientent devant un centre commercial fermé durant la semaine sainte fériée, le 10 février 2016 à Caracas. FEDERICO PARRA / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

C’est une mesure singulière qui entre en vigueur ce vendredi 8 avril au Venezuela. Pendant deux mois, tous les vendredis seront fériés dans le secteur public. Cette disposition doit permettre de réaliser des économies d’énergie afin de faire face à la sècheresse provoquée par le phénomène climatique El Niño.

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

Tous les vendredis déclarés fériés dans le secteur public au Venezuela pendant deux mois, c'est la décision que vient de prendre le président Nicolas Maduro dans le cadre d’un plan d'urgence énergétique de soixante jours. Le chef de l'Etat avait annoncé mercredi soir cette mesure qui débutera ce vendredi 8 avril et sera valable pendant les mois d'avril et mai. La gazette officielle, publiée jeudi, en dit plus : « Ce décret sera maintenu tant que persistent les effets du phénomène El Niño ».

Les autorités entendent ainsi faire face à la sécheresse provoquée par le phénomène climatique. Cette mesure n’est pas inédite dans ce pays où 70% de l'électricité provient de l'énergie hydraulique. Il y a peu, le pouvoir avait déjà déclaré la semaine Sainte entièrement fériée.

Retard sur le plan technologique

Le weekend va donc durer trois jours pour les fonctionnaires, mais pour beaucoup de Vénézuéliens, il s’agit d’un cadeau empoisonné. « Nous sommes en train d'attendre qu'il pleuve pour être sauvés ! Aujourd'hui, nous devrions pouvoir nous appuyer sur la technologie pour faire face à ce type d'événement, déplore Eduardo. Mais nous, nous attendons tout de la nature et du ciel. Cette mesure montre combien nous sommes un pays en retard en ce qui concerne la technologie. »

Seul le service public est concerné, « à l'exception de secteurs essentiels comme l'alimentation ou encore la santé qui ne peuvent pas être interrompus ». Mais pour Simon, serveur dans un restaurant, cela impactera à coup sûr le secteur privé. « Ça va nous faire du tort. Dans notre restaurant, nous vivons en grande partie des gens qui travaillent dans des ministères aux environs. Donc ce vendredi, nous allons avoir moins de clients. Et vendredi, c'est censé être notre meilleur jour. Avec cette mesure, ça ne le sera plus. »

L’industrie mise à contribution

Il existe toutefois des Vénézuéliens qui voient cette mesure d’un bon œil. « Je défends complètement cette décision parce que le phénomène El Niño affecte notre peuple sans relâche. Le barrage de Guri a baissé de 30 mètres et c'est ce barrage qui est notre principal générateur d'énergie pour 70% du pays. Donc pour moi, le commandant Maduro a pris cette mesure pour protéger le peuple », approuve Carlos.

Et dans ce plan de 60 jours, les fonctionnaires ne sont pas les seuls mis à contribution. Les grandes industries sont appelées à faire des efforts en réduisant leur consommation électrique de 20%.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.