Revue de presse des Amériques

A la Une: ouverture d’une semaine cruciale au Venezuela

Marche des partisans de Nicolas Maduro dans les rues de Caracas, dimanche 1er mai 2016.
Marche des partisans de Nicolas Maduro dans les rues de Caracas, dimanche 1er mai 2016. REUTERS/Marco Bello

Publicité

L'opposition, majoritaire au Parlement, déposera ce mardi 3 avril les signatures recueillies pour l’organisation d'un référendum sur le maintien ou non au pouvoir du président Nicolas Maduro. Pour l'ouverture de cette procédure, qui s'annonce complexe et longue, le Conseil national électoral doit vérifier si au moins 1 % de l'électorat a signé la pétition, ce qui correspond à environ 196 000 signatures. Or, annonce l'un des dirigeants de l'opposition Henrique Capriles dans les colonnes d'El Universal, 2,5 millions de personnes ont signé le document en seulement deux jours. « Un record », se félicite l’opposition dans le même journal.

Lors des traditionnels défilés du 1er-Mai, Nicolas Maduro a appelé ce dimanche ses partisans à se mobiliser en sa faveur, constate le quotidien Ultimas Noticias, qui cite le chef de l'État : « Si un jour l'oligarchie faisait quelque chose contre moi et réussissait à prendre le palais présidentiel, je vous ordonne de vous déclarer en rébellion et de décréter une grève générale indéfinie, jusqu'à obtenir la victoire face à l'oligarchie », a déclaré le président. De son côté, Tal Cual rapporte que Nicolas Maduro a également annoncé une hausse de 35 % du salaire minimum.

Le Fonds monétaire international table sur une inflation de 700 % cette année, rappelle El Nacional. Et la situation vénézuélienne commence à susciter des inquiétudes dans la région. « Bien que le Venezuela détienne la réserve pétrolière la plus importante du monde, le pays vit une descente aux enfers où nourriture, médicaments, eau et énergie électrique se font rares », note le Washington Post qui poursuit : « Le régime, qui a créé ce cauchemar, ne peut pas survivre à cette crise économique et au mécontentement massif qu'elle suscite. La question est de savoir si le changement viendra de manière pacifique ou à travers un soulèvement qui pourrait transformer le Venezuela en un État en échec et déstabiliser une bonne partie de la région qui l'entoure ».

Haïti : commission de vérification électorale déjà en difficultés

En Haïti, la toute nouvelle commission d'évaluation et de vérification électorale semble déjà mal en point. Pourtant, elle est censée restaurer la confiance des Haïtiens dans le processus démocratique. Le National souligne le paradoxe d'une partie de la classe politique, qui a lutté bec et ongles pour la mise en place de ladite commission, mais qui menace maintenant de ne pas accepter les recommandations de cette dernière, si les résultats ne lui sont pas favorables. Même chose pour le Conseil électoral provisoire qui a d'ores et déjà fait savoir que les recommandations de la commission ne s’imposeront pas à l'organe électoral. « Se pose à ce titre la question de la pertinence de cette commission », estime Le National.

Pour ne rien arranger, la commission de vérification risque aussi d'être sous-mise à des pressions de la communauté internationale, prévient Pierre Espérance, du Réseau national de défense des droits humains. Une communauté internationale qui « s'est montrée, à travers ses diplomates, allergique » à une évaluation des résultats des élections du 9 août et du 25 octobre 2015, rappelle Alterpresse.

Scandale au sein de la police de Los Angeles

La police de Los Angeles est frappée par un nouveau scandale : ce dimanche le second du shérif a démissionné pour avoir écrit des courriels racistes. Ce que pense Tom Angel des musulmans, des Noirs, des Mexicains ou encore des femmes, il l'a écrit dans des courriels envoyés à des collègues alors qu'il était encore employé du département de police de Burbank, une ville du comté de Los Angeles. Seulement voilà : grâce à la loi d'accès aux documents d'État, le Los Angeles Times a obtenu et publié des extraits de ces courriels.

Sous le titre « 20 raisons pour lesquelles les terroristes musulmans sont si enclins à se suicider » on trouve par exemple des phrases comme : « pas de femme nue » ; « pas de côte de porc » ; « un idiot qui hurle en permanence depuis un minaret » ou encore « même en se lavant, ils n'arrivent pas à enlever l'odeur de l'âne ». Contacté par le Los Angeles Times, le shérif se dit profondément troublé par ses révélations. « De tels incidents nous rappellent que nous avons encore du travail », a déclaré Jim McDonnel.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail