Etats-Unis / Présidentielle

Primaires aux Etats-Unis: Donald Trump est-il conservateur?

Le candidat à la primaire Donald Trump en campagne à Eugene dans l'Oregon, le 6 mai 2016.
Le candidat à la primaire Donald Trump en campagne à Eugene dans l'Oregon, le 6 mai 2016. REUTERS/Jim Urquhart
Texte par : RFI Suivre
3 mn

A deux jours d’un nouveau mardi de primaires dans le Nebraska et en Virginie occidentale aux Etats-Unis, l’attention se porte toujours sur Donald Trump qui de meetings en interventions télévisées dévoile son programme de gouvernement. Un programme qui semble chaque jour un peu plus alimenter la polémique au sein du parti républicain.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

Le candidat qui s’est prononcé dimanche en faveur de l’augmentation du salaire minimum et des impôts des plus fortunés n’est ni Bernie Sanders ni Hillary Clinton, c’est Donald Trump.

Ces déclarations lors des derniers meetings plongent les conservateurs dans une perplexité de plus en plus profonde. Adversaires et soutiens du milliardaire, au sein du parti dont il porte les couleurs, débattent à l’infini : faut-il voter pour Trump car il est en position de gagner ? Ou doit-on tout faire pour qu’il perde afin de préserver un parti républicain chimiquement pur ?

C’est en tout cas l’avis de Matt Lewis, journaliste républicain auteur du livre Trop stupide pour perdre. (Too Dumb to fail). « Donald Trump est unique à ceci près qu’il n’est pas conservateur. Le ‘trumpisme’ est un phénomène bien plus dangereux. Vous ne pouvez pas rendre le candidat responsable de tous ses électeurs, mais Trump a attiré des nationalistes et des suprématistes blancs », analyse le journaliste.

Car au-delà de ces mesures annoncées par le candidat Trump, de nombreux autres sujets choquent les gardiens de la doctrine du parti. Donald Trump n’est pas hostile au mariage gay, il a promis de revenir sur les accords de libre-échange, et maintient son projet de refuser l’entrée des musulmans sur le territoire américain. Autant de sujets qui sont à l’inverse de la philosophie républicaine, mais qui séduisent des millions d’électeurs.


Matt Lewis : « Mieux vaut perdre »

Le journaliste Matt Lewis, tout comme certains républicains, ne se cache plus pour dire qu’il travaille à la défaite de Donald Trump.

« Je pense vraiment que Trump peut gagner, il peut vraiment battre Hillary. Mon souci avec Trump n’est pas le court terme, c’est le long terme. Je pense qu’il peut redéfinir ce que signifie être républicain, redéfinir ce que signifie être conservateur, d’une manière qui n’est pas compatible avec mes valeurs et je suppose que de nombreux conservateurs le ressentent aussi. »

« Dans mon livre, je dis qu’il faut sans doute perdre trois fois. C’est ce qui est arrivé aux démocrates avant 1992. Donc il y a des gens, et c’est mon avis aussi, il y a des gens qui pensent qu’il vaudrait mieux voir Hillary gagner plutôt que Trump pour les vrais conservateurs. Car si Hillary gagne, nous savons comment travailler avec un démocrate. L’Amérique survivra, le parti républicain se rassemblera et nous n’aurons pas de changement de paradigme.»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail