Canada

Canada: le feu ralentit à Fort McMurray après une évacuation réussie

Evacuation en convoi d'habitants de Fort McMurray le 6 mai 2016.
Evacuation en convoi d'habitants de Fort McMurray le 6 mai 2016. REUTERS/Mark Blinch

Après des jours de frayeur, l’espoir revient à Fort McMurray où le gigantesque incendie ne menace plus les installations pétrolières. Le soulagement gagne les habitants qui n’avaient pas cédé à la panique lors de l’évacuation.

Publicité

Avec notre correspondante au Québec, Pascale Guéricolas

La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, est attendue ce lundi 9 mai à Fort McMurray. Elle va pour la première fois se rendre compte de l’étendue des dégâts dans cette ville qui a brûlé en partie. Dimanche, le feu s'est moins développé que ce qu’on le craignait. Le brasier fait à présent 1 610 kilomètres carrés, et les installations pétrolières dans le Nord ne sont plus menacées. Avec le recul, les 80 000 personnes qui ont fui la région poussent un soupir de soulagement. Il n'y a pas eu de blessés durant l’évacuation qui s’est étalée sur deux jours, à l’exception de deux victimes de la route.

Comment la population s'est organisée

Pendant deux jours, les voitures, les caravanes, les camions de 80 000 résidents ont créé d’immenses embouteillages sur l’unique autoroute qui relie Fort McMurray au reste de l’Alberta. Certains sont partis vers le Nord, d’autres vers le Sud, franchissant parfois des murs de flammes, alors qu’une pluie de cendres tombait sur leur véhicule. Une adolescente a même fui à cheval, car il ne restait plus de place pour son animal dans la remorque. Et tout cela dans une relative organisation.

Pour comprendre, il faut savoir que les citoyens de Fort McMurray ont une âme de pionnier. Ils vivent au milieu de la forêt, à plusieurs centaines de kilomètres de la ville la plus proche, dans un climat hivernal plus que rigoureux. Souvent venus des quatre coins du Canada, ils ont développé un fort esprit d’entraide avec leurs amis, leurs voisins. Par ailleurs, beaucoup d’entre eux sont employés par des exploitations pétrolières. Ils ont donc suivi des formations de prévention en incendie, savent comment réagir en cas de catastrophe. De tels outils les ont aidés à réagir promptement et avec sang-froid quand ils ont été confrontés à l’arrivée de ce feu imprévisible.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail