Accéder au contenu principal
Brésil

Brésil: Michel Temer remplace Dilma Rousseff aux commandes

Le vice-président Michel Temer lors d'une conférence de presse, le 11 avril à Brasilia.
Le vice-président Michel Temer lors d'une conférence de presse, le 11 avril à Brasilia. REUTERS/Ueslei Marcelino
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La destitution de Dilma Rousseff laisse place au vice-président Michel Temer. C’est lui qui prend les rênes du pays après le départ de l’ancienne guérillera pour six mois, jusqu’à la prochaine élection prévue en 2018. L’ex-vice-président devient donc le président par intérim d’un pays en pleine crise économique et politique. Une arrivée préparée depuis un certain temps, par ce centriste longtemps ignoré qui a enfin son heure de gloire.

Publicité

A 75 ans Michel Temer, le visage figé par la chirurgie esthétique, à l'ombre de Dilma Rousseff depuis si longtemps, se retrouve enfin sous les projecteurs. Il doit s'adresser à la nation dans la journée, ce jeudi 12 mai, depuis la présidence de Brasilia.

Trois fois président de la Chambre des députés, chef du mouvement démocratique brésilien, le PMDB - parti centriste faiseur de coalitions-  est resté jusqu'à ces dernières semaines inconnu des Brésiliens. Cet avocat constitutionnaliste est pourtant depuis plus de vingt ans l'un des arbitres de la vie politique brésilienne, l’homme de la situation pour le Parti des Travailleurs de Dilma Rousseff, qui était à la tête d’un gouvernement de coalition regroupant une quinzaine de partis. Le PMDB quitte avec fracas la coalition gouvernementale fin mars.

En 2011, Michel Temer devient son vice-président, et vivote aux côtés de l'héritière de Lula. Mais en décembre dernier, il lui adresse une lettre ouverte pour déplorer le mépris dont elle fait preuve à son égard, lui le « vice-président décoratif ».

La désormais ex-présidente Dilma Rousseff  et son vice-président Michel Temer en décembre 2015.
La désormais ex-présidente Dilma Rousseff et son vice-président Michel Temer en décembre 2015. AFP PHOTO/EVARISTO SA EVARISTO SA / AFP

En mars, c’est le divorce brutal : Michel Delmer quitte la coalition au pouvoir et participe à la chute de Dilma Rousseff, alors qu'il est lui-même impliqué dans le scandale de Petrobras. Depuis plusieurs semaines, il s'active en coulisses pour mettre sur pied un gouvernement bis.

Si son heure de gloire est arrivée, seuls 2% des Brésiliens voteraient pour lui s'il se présentait aujourd'hui à la présidence, selon un récent sondage. Mais Michel Temer aura au moins le privilège d’inaugurer les Jeux Olympiques le 5 août prochain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.