Etats-Unis / Elections USA 2016

Etats-Unis: rencontre entre Trump et Ryan pour unifier le parti républicain

Des opposants à Donald Trump manifestent près du Comité national républicain où le milliardaire rencontrait le président de la Chambre Paul Ryan à Washington, le 12 mai 2016.
Des opposants à Donald Trump manifestent près du Comité national républicain où le milliardaire rencontrait le président de la Chambre Paul Ryan à Washington, le 12 mai 2016. REUTERS/Kevin Lamarque
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Donald Trump s’est rendu à Washington jeudi 12 mai pour une série d’entretiens avec les leaders républicains du parti, de la Chambre des représentants, et du Sénat. Objectf: tenter d'unifier leparti divisé sur la candidature du milliardaire. Paul Ryan n'a pas publiquement apporté son soutien à Donald Trump, mais tous les éléments de langage laissent prévoir un prochain ralliement.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les enjeux sont si importants, que les deux hommes sont condamnés à s'entendre, pour la galerie, si ce n'est sur le fond. Le président de la Chambre des représentants Paul Ryan a mis beaucoup d’ardeur à persuader le public que les nombreux et profonds différends au sein du parti républicain sont sur la voie du règlement.

C’est aussi la tonalité du communiqué signé par Donald Trump et Paul Ryan. « Nos objectifs communs et l’unité du parti sont plus importants que nos désaccords », écrivent-ils. Il faut battre Hillary Clinton qui « effectuerait, si elle est élue, un troisième mandat de Barack Obama ». Telle est la stratégie. Les sujets qui fâchent - le budget, la couverture sociale, l'immigration, etc. - n'ont pas été abordés, ce n'est pas la priorité.

« Une personnalité très agréable »

« Il est très important de ne pas feindre l’unité, de ne pas prétendre que nous sommes unis afin d’être vraiment forts à l’automne. Et je répète, je suis très encouragé. J’ai entendu des tas de choses intéressantes de la part de notre candidat probable. Nous avons échangé sur nos contradictions que tout le monde connait. Voilà ce dont nous avons discuté, et encore une fois, je suis encouragé ! », a déclaré Paul Ryan.

Paul Ryan a reconnu que le milliardaire a réussi à séduire un électorat qui ne votait pas ou ne votait plus. Certes, ces électeurs ne s'identifient pas du tout aux élus républicains de Washington, mais le président de la Chambre des représentants semble prêt à prendre le risque. « Je pense qu'il a une personnalité très agréable. Il est chaleureux et authentique. Je vous l'ai dit, je l'ai rencontré 30 secondes en 2012, donc nous ne nous connaissons pas réellement ! Nous commençons juste à faire connaissance, et j'ai eu un échange vraiment agréable avec lui », a déclaré Paul Ryan.

Donald Trump ne s’est pas encore exprimé après cette rencontre très importante, qui est la première d’une série de réunions de travail. Le milliardaire poursuit ses consultations avec les leaders républicains du Sénat.

D'autres réunions à venir

Nous avons donc assisté à un festival de langue de bois sans doute motivé par l’urgence. Alors que les primaires se terminent et que l’investiture de Donald Trump devient inévitable, unifier les instances du parti républicain est sans doute un objectif accessible.

Est-ce pour autant le début d'une lune de miel ? D'autres réunions vont suivre, entre le candidat et l'état-major. C'est sans doute à ce moment-là que les dossiers de fonds sur le budget et la politique migratoire seront abordés. Cela laisse du temps pour peaufiner le discours consensuel qui sera délivré aux électeurs, et aux délégués. Le plus difficile sera peut-être d’obtenir de la mouvance « Jamais Trump » qu’elle cesse de faire du bruit.

Selon le spécialiste de la politique américaine Benjamin Haddad, malgré leurs divergences les Républicains, n’ont d’autre choix que de soutenir Donald Trump dans cette course à la présidence.

Au fond, aujourd'hui, les Républicains sont pris en otage par Trump. L'espoir de Paul Ryan est d'essayer d'amener Trump vers des positions plus consensuelles au sein du parti républicain, plus en phase avec le programme qui a été fait ces dernières années. Leur espoir donc c'est que Trump modère son discours et s'assagisse sur le plan du comportement. Le problème, c'est qu'on ne voit pas aujourd'hui de signes dans cette direction. Donald Trump a répété hier qu'il avait reçu un mandat de ses électeurs pour être provocateur.

Benjamin Haddad

→ A (RE)LIRE : Donald Trump et Hillary Clinton remportent la primaire de New York

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail