Brésil

Brésil: la montée en puissance d’une droite décomplexée

Le nouveau gouvernement de Michel Temer s'est mis au travail  en préparant les Brésiliens à des mesures difficiles.
Le nouveau gouvernement de Michel Temer s'est mis au travail en préparant les Brésiliens à des mesures difficiles. REUTERS/Ueslei Marcelino

Au Brésil, cela fait deux jours que le nouveau gouvernement conservateur a pris les rênes du pays, en remplaçant Dilma Rousseff qui attend son procès de destitution. Le président par intérim Michel Temer souhaitait un gouvernement d'union nationale. Mais les premières annonces ont déjà provoqué des tensions, et surtout montré l'arrivée d'une droite plutôt décomplexée.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Brasilia, Achim Lippold

Après les mouvements féministes qui critiquaient un cabinet composé uniquement d'hommes, ce sont à présent les artistes et intellectuels qui montent au créneau.

Des icônes comme le chanteur Chico Buarque ou le cinéaste Caça Dieguès ont vivement protesté contre la suppression du ministère de la Culture qui sera intégré dans celui de l'Education. D'après l'écrivain Eric Nepomuceno, cette décision de Michel Temer est une vengeance contre le monde de la culture qui soutient dans sa grande majorité la présidente Dilma Rousseff, désormais écartée du pouvoir pendant 180 jours maximum.

Le gouvernement ne semble pas s'émouvoir de ces critiques. Interrogé sur l'absence de femmes dans le nouveau cabinet, il a simplement rétorqué qu'on avait essayé d'en trouver mais qu'en raison du calendrier resserré « ça n'a pas été possible ».

Selon certains observateurs, ce casting n'est pas le fruit du hasard. Avec des ministres proches des milieux industriels, agricoles ou évangéliques, Michel Temer, le président par intérim, se projette déjà dans la perspective des élections de 2018. Avec comme objectif de séduire les électeurs conservateurs.

→ A (RE) LIRE : Brésil: la nouvelle vie de Dilma Rousseff après sa destitution

Les Brésiliens méritent une vie meilleure.

Après la destitution de Dilma Roussef, Brasilia divisée entre les pour et les contre

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail