Accéder au contenu principal
Chili / Santé

Le Chili instaure une loi contre l’obésité

Plus de 60% de la population chilienne est en surpoids (photo d'illustration).
Plus de 60% de la population chilienne est en surpoids (photo d'illustration). AFP/Jeff Haynes
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Plus de 60 % de la population chilienne est en surpoids. Face à ce constat, le pays a instauré une loi contre l'obésité, qui est entrée en vigueur lundi 27 juin. Pour la ministre de la Santé, le Chili se positionne aujourd'hui comme un pays pionnier.

Publicité

Avec une forte croissance économique et un mode de vie de plus en plus sédentaire, le Chili a connu en quelques années une progression spectaculaire de l'obésité et des problèmes de santé qui en découlent. Depuis lundi 27 juin, les entreprises sont donc obligées d’afficher un message d'alerte sur leurs produits dont les taux de sucre et de graisses saturées sont trop élevés.

Mais il n'a pas été facile de faire passer ce nouveau texte de loi, tant la pression des multinationales est forte. Une pression que le sénateur Guido Girardi dénonce avec virulence : « Ceux qui font du mal aux enfants au XXIe siècle, ce sont ces multinationales qui les trompent, qui ne respectent pas leurs droits, ni leur intégrité physique et psychique, en abusant de leur crédibilité. Est-ce qu'on doit se soumettre à ces entreprises qui ont fait de la publicité mensongère pendant des dizaines d'années, qui ne disent pas la vérité et qui sont responsables d'une pandémie mondiale d'obésité, de cancers et d'accidents vasculaires ? Ou est-ce qu'on doit prendre des mesures pour que les gens soient correctement informés ? »

Avec la nouvelle loi, 8 000 produits doivent désormais revoir leur étiquetage pour prévenir les consommateurs des dangers d'une alimentation trop salée, trop sucrée ou trop grasse. Beaucoup ne peuvent plus être en vente dans les établissements scolaires, et il est interdit de vendre des jouets avec des plateaux-repas ou des confiseries. Directement visé, l'italien Ferrero a menacé d'aller devant la justice internationale pour défendre ses œufs-surprises.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.