Accéder au contenu principal
Etats-Unis

La vidéo d'un Noir abattu par un policier à Minneapolis provoque l'indignation

Diamond Reynolds revient sur l'incident qui a abouti au décès de son petit ami, abattu par un agent de police de Minneapolis.
Diamond Reynolds revient sur l'incident qui a abouti au décès de son petit ami, abattu par un agent de police de Minneapolis. REUTERS/Eric Miller
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Aux Etats-Unis, un homme noir a été abattu dans le Minnesota par un policier lors d'un contrôle de police, mercredi 6 juillet, deux jours après un incident similaire en Louisiane. Sa petite amie a filmé la scène avec son téléphone portable. La vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux, lançant une nouvelle vague d'indignation au sein de la communauté noire américaine.

Publicité

La vidéo est saisissante. Une jeune femme noire est au volant d'une voiture arrêtée, et filme la scène. Elle est assise à côté de son petit ami en sang. Celui-ci vient de se faire tirer dessus par un policier. L'agent le tient toujours en joue. Et panique.

L'homme abattu se trouvait dans sa voiture et voulait montrer sortir ses papiers d'identité quand l'agent lui a tiré dessus.

« Je lui avais dit de montrer ses mains », crie le policier. La jeune femme, implorant le seigneur, lui répond : « Vous lui avez demandé de sortir son permis de conduire. Vous lui avez tiré quatre balles dans le corps alors qu'il sortait juste ses papiers. »

Des manifestations à Minneapolis

Le jeune homme noir de 32 ans a ensuite été amené à l'hôpital où il est décédé. Dans la nuit, des dizaines d'Afro-Américains ont manifesté à Minneapolis, devant la résidence du gouverneur du Minnesota, pour réclamer justice.

Le gouverneur de l'Etat du Minnesota a réclamé ce jeudi une enquête fédérale sur cette affaire. Le chef de la police de Saint-Anthony, où s'est déroulé le drame, s'est brièvement exprimé, pour dire que l'agent impliqué avait été suspendu en attendant les résultats de l'enquête. « Je suis choqué », a-t-il confié, car un tel incident n'est pas arrivé dans notre commune depuis au moins 30 ans ».

En novembre dernier, un jeune Afro-Américain a toutefois été abattu, à Minneapolis, lors d'une arrestation musclée, ce qui avait initié 18 jours de manifestations. Les deux officiers qui avaient tiré n'ont jamais été poursuivis.

Omerta dans la police

Membre du mouvement Black Lives Matter, Tarik Mohamed déplore l'omerta qui règne au sein même de la police autour de ses meurtres à répétition. « Bien sûr que tous les policiers ne sont pas racistes, mais où sont les autres policiers qui ne parlent pas ? On ne les entend pas, parce qu'il y a une sorte de fraternité entre les policiers, qui fait que, s'ils parlent, ils seront placardisés, ils n'auront pas de promotion. (...) Même les bons flics sont impuissants. »

Afin d'espérer mettre fin à ces bavures, Tarik Mohamed estime qu'il faut avant tout sensibiliser les hommes politiques, mais c'est une tâche longue et difficile. « Il y a plein de lois qui ont été présentées pour encadrer les contrôles policiers, mais elles ne sont pas adoptées, ni par le Congrès ni par la Chambre des représentants. Alors ce qu'on essaie de faire, ce n'est pas tant d'atteindre les candidats à la présidentielle mais davantage les personnes qui sont au Congrès. (...) Nous, les activistes, nous devons nous concentrer sur les membres de la Chambres des représentants et sur nos sénateurs, et trouver parmi eux les bonnes personnes qui ont réellement enive de changer les choses. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.