Etats-Unis

Etats-Unis: les démocrates sereins malgré les faiblesses d'Hillary Clinton

La candidate Hillary Clinton à Denver, le 28 juin 2016.
La candidate Hillary Clinton à Denver, le 28 juin 2016. EUTERS/Rick Wilking

Alors que le Parti démocrate vient de s'unifier face à Donald Trump, les sondages ne sont pas optimistes pour la candidate Clinton. La forte avance de l'ex-secrétaire d'Etat fond comme neige au soleil. Pour les instituts de sondage, deux raisons à cela : la campagne du candidat libertarien Gary Johnson et l'affaire des emails. Le rapport du FBI, sans recommander de poursuites, a renforcé le sentiment de défiance de certains électeurs à l'égard d'Hillary Clinton.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

Si Hillary Clinton est toujours donnée gagnante au niveau national par les derniers sondages, son avance a largement diminué, et la candidate perdrait dans certains Etats essentiels pour cette course à la Maison Blanche. En effet, Donald Trump remporterait la Floride et la Pennsylvanie, et les deux candidats sont donnés à égalité par divers instituts dans l'Ohio.

L'un des facteurs responsables de ce recul est la candidature du libertarien Gary Johnson. « Le gouverneur Johnson a déjà été candidat, et comme tous les libertariens, il a obtenu à peu près 1 % des voix. Cette fois, il aura au moins 5 %, si ce n'est plus. Cela fait des libertariens un parti national. C'est bien la preuve que les enjeux sont importants dans le jeu politique que nous vivons », estime John Gizzi, chef du service politique du site conservateur Newsmax.

Gary Johnson apparait en effet dans les sondages autour de 7 %. Et ses positions, très ouvertes en faveur du « mariage pour tous » ou la légalisation de la marijuana, séduisent l'électorat indépendant, ou même les démocrates qui n'ont pas confiance en Hillary Clinton. L'affaire des emails, même si la candidate ne sera pas poursuivie, continue d'avoir un effet négatif.

Pourtant, l'état-major d'Hillary Clinton ne s'inquiète pas. « Dans l'Ohio, ils font encore jeu égal, semble-t-il, analyse le consultant démocrate René Lake au sujet des deux principaux candidats. C'est vrai qu'il y a notamment une progression au bénéfice de Donald Trump en Floride et en Pennsylvanie. Mais je crois qu'il va falloir qu'on attende un peu plus, que les choses se clarifient. Le soutien de Bernie Sanders va certainement avoir un effet. »

Prochain cap : les conventions, ajoute René Lake : « Je crois qu'il serait possible que la semaine prochaine, les tendances soient encore plus en faveur de Donald Trump, parce qu'il y aura la Convention des républicains. Ensuite : la Convention des démocrates, du 25 au 28 juillet. Donc fin juillet, les sondages nous permettront d'analyser la situation de manière beaucoup plus claire. Ils seront beaucoup plus exacts et équilibrés qu'ils ne le sont actuellement. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail