Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Etats-Unis: Hillary Clinton et sa fondation soupçonnées de conflits d’intérêts

Hillary Clinton a toujours nié tout conflit d'intérêts.
Hillary Clinton a toujours nié tout conflit d'intérêts. REUTERS/Whitney Curtis
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'affaire des courriels d’Hillary Clinton continue à faire des remous outre-Atlantique. De nouvelles révélations montrent des liens entre la fondation privée des Clinton, créée en 1997 à but humanitaire, et le département d'Etat durant les années où Hillary Clinton dirigeait la diplomatie américaine, ce qui pose la question d'éventuels conflits d'intérêts.

Publicité

Certains médias ont d'abord affirmé que le FBI avait déjà envisagé, il y a plusieurs mois d'ouvrir une enquête pour corruption impliquant la Fondation Clinton, explique notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier. La procédure aurait alors été bloquée par le ministère de la Justice, qui n'aurait pas trouvé suffisamment d'indices compromettants.

Puis dans la soirée hier, la chaîne d'information CNN a diffusé une enquête pointant Cheryl Mills, une très proche des Clinton. Présente à la Maison Blanche quand Bill y était président, elle était chef de cabinet d'Hillary quand celle-ci était secrétaire d'Etat.
Et justement, à cette époque, en 2012, elle aurait mené des entretiens d'embauche pour des postes à haute responsabilité pour la fondation Clinton, nouvelle illustration des liens très étroits entre deux entités censées être parfaitement distincte. Selon le  camp de la candidate démocrate, Cheryl Mills faisait là du « volontariat ».

De riches et influents donateurs

En 2009, Doug Band, un responsable de la fondation Clinton, envoie un mail à Huma Abedin, proche collaboratrice de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton. Il lui demande de fixer un rendez-vous pour un milliardaire nigérian, d'origine libanaise. Gilbert Chagoury avait fait des donations allant de 1 à 5 millions de dollars à la fondation Clinton et veut maintenant s'entretenir avec l'ancien ambassadeur des Etats-Unis au Liban qui est, à ce moment-là, en charge du Proche-Orient au département d'Etat. « Je vais lui en parler », répond Huma Abedin. Au nom de la loi sur la liberté d'information, cet échange de mails a été obtenu du département d'Etat par Judicial Watch, une organisation conservatrice, et publié.

Ce n'est pas la première révélation du genre. Au printemps dernier, une autre correspondance de courriels avait démontré que le magnat de l'acier, l'Ukrainien Viktor Pintchouk, avait rencontré en 2011 un haut responsable du département d'Etat. Viktor Pintchouk avait lui aussi fait des donations à la fondation Clinton. Plus de 10 millions de dollars.

Hillary Clinton nie tout conflit d'intérêts

Hillary Clinton a toujours nié avec véhémence tout conflit d'intérêts et il n'existe aucune preuve qu'un donateur de sa fondation a influencé sa politique au département d'Etat. Mais compte tenu de la puissance politique et diplomatique des Clinton, vu aussi les financements controversés de la Fondation, les adversaires d'Hillary Clinton ne devrait pas laisser s'éteindre une telle polémique. Une seule chose semble certaine : la fondation Clinton continuerait à poser problème si Hillary Clinton était élue à la Maison Blanche.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.