Venezuela

Face à l'inflation, nouvelle hausse du salaire minimum au Venezuela

Le président vénézuélien Nicolas Maduro, le 5 août dernier au siège de la banque centrale du pays.
Le président vénézuélien Nicolas Maduro, le 5 août dernier au siège de la banque centrale du pays. REUTERS/Marco Bello

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé une augmentation de 50 % du salaire minimum à compter du 1er septembre. C'est la troisième depuis le début de l'année. Il cherche à apaiser quelque peu la grogne de la population face à l'envolée des prix, mais il n'est pas sûr que le remède ne contribue pas à aggraver le mal.

Publicité

L'augmentation de 50 % du salaire minimum, qui s'établit actuellement à environ 100 dollars au Venezuela, s'accompagne d'une revalorisation de 128 % des bons d'alimentation attribués aux travailleurs pour accéder aux supermarchés et aux pharmacies.

Cela parait beaucoup, mais c'est bien peu face à une inflation de 180 % l'an dernier. L'inflation pourrait même atteindre 720 % en 2016. En effet, le problème des Vénézuéliens réside surtout dans la rareté des produits de première nécessité disponibles dans le pays.

C'est pourquoi l'on a vu des milliers de personnes franchir la frontière avec la Colombie à pied, malgré sa fermeture, afin d'acheter dans le pays voisin des vivres et des médicaments.

C'est l'excédent de la demande sur l'offre qui fait grimper les prix. Et distribuer plus de monnaie sans augmenter pour autant la quantité de biens à acheter risque d'avoir l'effet inverse à celui recherché.

Certains analystes prévoient même que cette mesure, sociale au premier abord, pourrait faire grimper l'inflation à 900 % cette année. D'autant plus que l'économie vénézuélienne est en récession depuis 2013 et que le PIB s'est encore contracté de plus de 5 % l'année dernière.

→ À relire : Au Venezuela, les dessous économiques de la crise politique

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail