Accéder au contenu principal
Football américain

Etats-Unis: le boycott de l’hymne par Colin Kaepernick déchaîne les passions

Le «quarterback» Colin Kaepernick des 49ers lors d'un match contre les San Diego Chargers, le 1er septembre 2016.
Le «quarterback» Colin Kaepernick des 49ers lors d'un match contre les San Diego Chargers, le 1er septembre 2016. Harry How/Getty Images/AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Aux Etats-Unis, football et patriotisme vont de pair. C'est pourquoi le refus d'un joueur de la prestigieuse équipe de San Francisco, les 49ers, de se lever pour écouter l'hymne national, joué à l'ouverture de chaque événement sportif, a provoqué une vive polémique.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

C'est la troisième fois en un peu moins de deux semaines que le quarterback Colin Kaepernick ne veut pas se lever pour écouter, comme ses coéquipiers et les spectateurs, l'hymne national, la main sur le cœur et les yeux tournés vers le drapeau.

Et il commence à faire des émules : deux autres joueurs jeudi soir l'ont imité. La foule n'apprécie guère et à chacune de ses passes, il est hué, mais Kaepernick, métis de 28 ans, veut, par son geste, se montrer solidaire du mouvement Les vies des noirs comptent et protester contre la brutalité policière et les inégalités.

« Nous avons des tas de problèmes à résoudre, a déclaré le sportif. Nous avons des gens qui sont opprimés. »

My Brother! United as One! @e_reid35

Une photo publiée par colin kaepernick (@kaepernick7) le

Tout le monde ne le condamne pas. Aux yeux de certains, il fait preuve de courage et l'ancienne grande star de la NBA, Kareem Abdul-Jabbar, écrit dans le Washington Post que son comportement est patriotique, car c'est le devoir de tout citoyen de dénoncer les injustices.

D'autres, sans l'approuver, lui reconnaissent le droit de s'exprimer, mais le plus souvent, les Américains n'aiment pas les outrages à l'hymne ou au drapeau. C'est ainsi que Donald Trump conseille à Colin Kaepernick d'aller jouer... dans un autre pays.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.