Brésil

Brésil: dans la rue, les soutiens de Dilma Rousseff font entendre leurs voix

Manifestation contre le président Michel Temer, le 7 septembre 2016 à Sao Paulo.
Manifestation contre le président Michel Temer, le 7 septembre 2016 à Sao Paulo. REUTERS/Fernando Donasci

Les Jeux paralympiques de Rio battent désormais leur plein, dans un contexte économique et politique particulièrement tendu au Brésil, après la destitution de la présidente de gauche Dilma Rousseff, et son remplacement par un gouvernement plus conservateur sous l'impulsion de l'ancien vice-président Michel Temer, qui l'a remplacée au pouvoir. Les soutiens du Parti des travailleurs sont dans la rue pour dénoncer cette situation.

Publicité

Avec notre correspondant à São Paulo,  Martin Bernard

Aux cris de « Temer dehors ! », les manifestants, des jeunes pour la plupart, se rassemblent pour contester un pouvoir qu'ils jugent illégitime. La pression s'est intensifiée au cours des derniers jours. Michel Temer a été sifflé lors de la fête nationale à Brasília. Il a aussi été conspué lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques à Rio de Janeiro.

Valdemar Cerqueira, militant du Mouvement des travailleurs sans abri (MTST), explique pourquoi il bat le pavé à São Paulo : « Je suis ici pour nous débarrasser de ce gouvernement corrompu et usurpateur. Notre présidente a été élue par le vote populaire. Aujourd'hui, on veut le retour de la liberté au Brésil, pas un retour en arrière. Moi, j'ai vécu la dictature. On ne veut pas le retour à la dictature ! Ils doivent nous restituer notre présidente. »

Pour éviter l'impasse, les opposants à Michel Temer réclament des élections anticipées, après ce que la présidente déchue, Dilma Rousseff, appelle un « coup d'Etat institutionnel ». Eduardo Suplicy, ancien sénateur du PT de Lula, se dit « convaincu que le président Michel Temer doit convoquer un référendum ». « C'est la solution pour unifier et pacifier les Brésiliens », estime-t-il. Le mouvement de contestation gagne de l'ampleur. Une nouvelle manifestation est prévue dimanche.

→ À relire : Comment les Brésiliens vivent-ils la « transition » ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail