Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Etats-Unis: déluge d'accusations à caractère sexuel contre le candidat Trump

Donald Trump, entouré de ses fières partisanes, en meeting à Charlotte le 14 octobre pour faire face aux accusations à caractère sexuel pleuvant sur sa campagne.
Donald Trump, entouré de ses fières partisanes, en meeting à Charlotte le 14 octobre pour faire face aux accusations à caractère sexuel pleuvant sur sa campagne. REUTERS/Mike Segar
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les accusatrices de Donald Trump se multiplient. Lors du débat de dimanche dernier, le candidat républicain avait affirmé qu'en dépit de ses propos de vestiaire sur les femmes, datant de 2005 et révélés dans une vidéo désormais célèbre, il ne s'était jamais mal comporté à leur égard. Depuis, une dizaine d'entre elles sont venues contredire cette déclaration d'innocence. Elles se plaignent d'avoir été, à un moment ou à un autre, victimes de harcèlement, voire d'agression sexuelle de la part de M. Trump.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet

Kristin Anderson est l'une des deux dernières femmes à avoir témoigné, vendredi 14 octobre 2016 auprès du quotidien The Washington Post, de sa rencontre avec le magnat new-yorkais au début des années 1990. « La personne à ma droite, que je ne connaissais pas à l'époque, et qui était Donald Trump, a mis sa main sous ma jupe », assure-t-elle.

Quelques heures plus tard, à Los Angeles, Summer Zervos, qui avait participé à l'émission de téléréalité de Donald Trump, The Apprentice, a déclaré avoir elle aussi été victime de ses avances : « Il m'a demandé de s'assoir près de lui. Ce que j'ai fait. Puis il m'a prise par l'épaule et a commencé à m'embrassert et à me parler agressivement. Et il a mis sa main sur mes seins. J'ai reculé et je suis partie. »

Summer Zervos (à droite), en moment de révéler aux côtés de son avocate ses relations passées avec Donald Trump.
Summer Zervos (à droite), en moment de révéler aux côtés de son avocate ses relations passées avec Donald Trump. REUTERS/Kevork Djansezian

Hillary Clinton ne commente plus, laissant Donald Trump faire face seul

Que répond l'accusé ? « Ces histoires sont de la pure fiction. Ce sont des mensonges diffusés par les médias et la campagne de Clinton pour essayer de conserver le pouvoir sur notre pays », assure-t-il.

La candidate démocrate, Hillary Clinton, a ses propres problèmes avec les révélations que distille au goutte-à-goutte WikiLeaks sur ses emails. Elle laisse donc son rival s'auto-détruire. Aucune réunion publique pour les prochains jours. L'ancienne secrétaire d'Etat passe son temps à lever des fonds et à se préparer pour le dernier débat de mercredi à Las Vegas.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.